vendredi, octobre 26, 2007

maladresse

Hier soir au téléphone, un ami de mon chum, bouleversé par "l'annonce" qui me dit:
"Faut faire attention avec la chimio, je connais une jeune femme qui a réchappé au cancer mais la chimio lui a bousillé le coeur, elle est morte peu après de crise cardiaque" 8-O

Il a bien sentit qu'il avait dit une connerie le pauvre...Mais trop tard, j'ai pas dormi de la nuit.

10 commentaires:

Marianne a dit…

Ma seule expérience est ma soeur qui a eu sa chimio en ambulatoire c'est à dire demi journée à l'hôpital une fois par semaine . Elle a géré les inconvénients , nausées et autres fatigues avec une amie pharmacienne et le Vidal pour maitriser l'heure à laquelle elle prenait les médicaments qui lui permettaient d'éviter les nuisances de la chimio . Un peu de fatigue et tout c'est bien passé . Elle a éloigné deux tentatives "du Crabe " a quatre ans d'intervalles et cela depuis dix ans .
Elle s'était fait aider par des associations de femmes ayant déjà passé cette épreuve.

Je pense que la parole est important et c'est bien que vous communiquiez sur votre blog .Elle a refusé que lui soit retirée la chaine des ganglions seule la tumeur a été retirée. Les deux écoles existent , je pense que vous verrez plus clair aprés avoir rencontré le chirurgien. On pense très fort à vous . Quand aux maladresses , hélas vous en vivrez d'autres .

Stefbsl a dit…

Oups, la gentillesse qui dérape; tu en vivras d'autre. La chimio est en effet dure sur le coeur mais on suit bien tout ça via échos cardiaques et puis tu es jeune; le pbs se posent pour des personnes ayant déjà des faiblesses ou encore qui sont âgées. Tu vas aussi découvrir des amis ou connaissances dont tu ne soupçonnais pas la capacité d'écoute et de soutien; quant aux autres, allez hop ils dégagent ! lol

cathy a dit…

Pourquoi ne suis-je pas étonnée par les gaffes que peuvent faire nos proches ?

Tu sais que tu peux compter sur moi. Mon thioff est prêt à me laisser partir à Paris pour te soutenir.

Bisous bisous

Ma'cha a dit…

conneries... rien à ajouter... bisous ma belle.

Nevrosia a dit…

Tout ce que je peux te dire, pour avoir une maman infirmière qui a vu passer beaucoup de jeunes mamans aussi désappointées et légitimement angoissées que toi, c'est que le mental y est pour beaucoup dans le processus de guérison.

Tu as au moins 4 bonnes raisons de te battre et de ne pas laisser le crabe gagner...Aujourd'hui la chimiothérapie est très bien encadrée et surveillée. Pose toutes les questions qui te taraudent aux médecins et tu peux même faire appel à une psychologue (il y en a de plus en plus dans les hôpitaux).

Tes enfants sentent ton angoisse, alors tu dois leur dire délicatement la vérité, sans leur faire ta peur. Je suis certaine qu'ils t'apporteront un réconfort qui t'aidera dans ton combat.

N'hésite pas à emmener avec toi, ces jours-là, en plus de leurs photos, des dessins qu'ils auront fait pour toi (voire leurs doudous ;-), ainsi ils auront l'impression de t'accompagner dans l'épreuve...

Renseigne-toi aussi auprès de tes différentes assurances, qui proposent souvent des solutions de garde. Sinon tu vois avec l'accueil post-scolaire, ils sauront se montrer compréhensifs pour aider à faire les devoirs des enfants, j'en suis certaine.

Tu nous montres depuis que tu as ouvert ce blog, toute la force que tu as en toi, cette force plus l'humour t'aideront à bien te remettre.

Nous t'attendons ici de pied ferme !

Louve a dit…

Les dérapages verbaux sont plus qu'involontaires et je suis sûre que l'ami en question s'en veut énormément.

Tu sais, à l'occasion d'une maladie, d'une difficulté de la vie, les gens veulent avoir qch à dire, alors leur revient en mémoire "l'"anecdote, la situation qu'ils n'ont souvent pas vécue eux-mêmes et qui n'est de loin pas représentative.

Avais-tu eu des commentaires, pendant ta grossesse gémellaire ? Si ce n'est pas le cas, bravo à ton entourage. Combien de personnes, de la boulangère de mon village à ma coiffeuse, sachant que j'attendais des jumeaux, y est allée de son "ma belle-soeur a perdu les deux siens pendant la grossesse" ou "une voisine en a mis au monde un qui n'était pas viable" etc. Punaise, je ne comprenais pas pourquoi les gens dégoisaient comme ça, surtout qu'ils étaient bien intentionnés à mon égard. Mystère mystère.

En ce qui te concerne, je suis d'accord, le mental est super imporant et énormément de femmes sont touchées et... s'en sortent haut la main ! Tu en feras partie, pour moi c'est une évidence !!

Courage dans ton processus, ma belle

Nadu a dit…

Ces maladresses sont courante, ma mere a vecu ce moment de solitude quand j'etais petite (j'avais fait une chute de paquettes), une personne de son entourage lui dit, "ah oui, le cousin Manuel il a eut les points rouges sur les jambes comme gwenael, puis ils l'ont amene a l'hopital comme gwenael, puis il est mort...."
hem, aujourd'hui je suis bien vivante et on en rigole mais elle avait bien pleuré sur le coup.
Ne t'inquiete pas, les gens tendent a comparer les histoires a celles de leur entourage, et souvent sans trop de psychologie ou de tact, mais chaque personne est unique et tu es Tili, pas la tante de Jules ou le cousin Manuel, donc ca se passera aussi bien que possible.
Grosses bises et bon courage.

griffollet chat virtuel a dit…

Les maladresses des gens doivent être pardonnées, car dûes à leur propre angoisse.
D'accord avec les autres comm',et surtout avec celui de Névrosia, qui me paraît très pertinent, point par point (ça n'étonne pas d'elle).

Marianne a dit…

un petit clin d'oeil couleur sur mon blog des enfants du mercredi pour vous soutenir dans les jours à venir.

Tili a dit…

merci à tous