jeudi, novembre 15, 2007

Ca se blogue !


Ce matin je me suis encore demandée comment certains hommes peuvent survivre sans femme…

Petite conversation de ce matin…

Mais en préalable il faut que je vous explique qu’il existe une clause dans mon mariage… Chum et moi, tous deux inquiets de tomber peut être un jour dans l’atroce intimité des affaires quotidiennes (je dis bien les 2, consciente que lui l’a exprimé plus bruyamment) avons décrété avant de tomber dans le piège que la phrase suivante serait acceptée comme cause de divorce :
- « Mais où as tu mis MES chaussettes ? ! »

Parce que je ne sais pas si vous avez remarqué mais il y a un paradoxe dans la vie quotidienne qui fait que les êtres vivants s’accommodent très bien de la vie en groupe mais PAS leurs affaires ! Les chooooses elles se rebellent, se cachent, se disputent, surtout les chaussettes mais ici c’est une affaire réglée n’insistez pas nous ne reviendrons pas là dessus.

Donc les chaussettes par cet incroyable coup de baguette magique se sont retrouvée protégées des conflits et irritations due à leur pulsions de séparation et à leur envie d’aller SEULES. Chacun de nous prends donc tranquillement et surtout secrètement les quelques paires qui ont pu être rassemblées, dans le TIROIR de l’autre sans que personne n’ose jamais poser la question prohibée.

Pas de conflit de chaussettes !

Par contre l’hivers arrivant il reste la question des gants et bonnets…

Pour les enfants, ça va, j’ai pris la précaution de cacher toujours un bonnet et une paire de gants de secours pour chacun au cas où il y ait une panique le matin avant de partir à l’école du genre « mamannnnn j’ai perdu un gant, je ne sais pas où est mon bonnet ! ».

Pour mon homme la question est plus épineuse et demande plus de tact. Chacun des adultes est en effet censé ranger lui même SES affaires, bien évidemment.

Donc ce matin mon Chum adoré n’avait ni gants ni bonnet… Enfin, ce n’est pas exact, il avait un bonnet, celui qui est sur la photo, un vêtement unique que nous avons acheté ensemble sur un marché en Bolivie au tout début de notre idylle et qu’il a souvent porté. Mais ce matin, allez savoir pourquoi, il a regardé LE bonnet d’un air soupçonneux et a sortit le terrible « J’ai l’air con avec ça, non ? ».

Aie. Très dur. C’est une question, vous devez sûrement l’avoir expérimenté, à laquelle il n’existe pas de bonne réponse. Essayez donc… on a le choix entre 3 réponses…

1) « Oui t’as l’air con !» qui est l’insulte suprême puisque le dit Chum porte cela depuis des années, autant lui dire directement qu’il à l’air d’une nouille depuis votre rencontre hein…
2) « Non pas du tout il te va très bien moi je l’adore » évidemment c’est tentant mais si Chum est mal à l’aise avec ce vêtement il pourra soupçonner que vous AIMEZ qu’il ait l’air ridicule et là c’est la fin des haricots hein.
3) « Je ne sais pas » qui reviens à dire le numéro 1 « oui » bien évidemment…

Donc une seule solution possible, le détournement de la question « Hummm mais si tu préfères tu as aussi le bonnet noir tout simple et bien chaud que je t’ai offert quand nous étions au Canada ».

Ouf, ça marche, direction donc la chambre parce que maintenant il va lui falloir faire des fouilles archéologiques pour retrouver le dit bonnet et moi ce n’est pas que je ne veuille pas rater cela mais c’est le moment où je prends ma douche dans la salle de bain attenante, puis j’avoue, j’aime traîner avec mon homme quand l’occasion se présente.

La scène… Chum fouille en vain dans ses affaires et fini par en ressortir un unique gant noir.
Moi
- « Oh, MON gant ! »
Lui « mais je croyais que tu me l’avais donné »
Moi, je PENSE en fouillant du coup dans MES affaires « quoiiii mais qu’est ce qu’il raconte, je ne le lui ai jamais donné, je le lui ai prêté une fois il y a 2 ans et n’ai jamais pu les remettre ensuite car je n’ai récupéré qu’un seul des gants de la paire et puis comment peut il penser que je les ai donné, c’est un cadeau de ma belle mère et ils sont super joli et pratiques, et puis c’est des gants de FILLE et en plus je n’ai qu’une seule autre paire qui elle est pourrie et (…) », tout en pensant j’extrait le deuxième gant de la paire de mes affaires et je le lui tends en disant avec amour.

« Tiens mon cœur, tu me l’aurais dis je t’aurais donné le deuxième de la paire depuis longtemps ! »

Si, si, je vous jure, c’est sortit du fond du cœur en plus !

Mais il a du lire dans mes pensée parce qu’il a dit avec amour aussi,
« Non, non, gardes les ma chérie, j’en ai une autre paire en bas ».

Et là je me suis retenue, juré, je ne lui ai pas DIT que la paire en question est effectivement la paire de gants BOLIVIENS qui va avec le fameux bonnet !

Mais je me suis tranquillement dirigée vers un autre endroit de la pièce, celui où il met ses pantalons, j’ai fouillé quelques secondes et lui ai sortit triomphalement LE bonnet NOIR simple !

- « Rhaaa il faut croie que la raison pour laquelle le genre masculin de l’espèce humaine, reste avec sa compagne une fois la progéniture née c’est que l’homme perd sa capacité à se débrouiller tout seul ! »

No comment, il l’essaye…

« Ca ne me va pas hein ? »

Moi « Mais si, bien sûr que ça te va, il n’y a pas plus simple et plus passe partout qu’un simple bonnet noir ». Lui rassuré empoche le bonnet…


Là je me demandes pourquoi donc les hommes pensent que leur bien aimée leur veut toujours du BIEN ? Franchement je ne vais pas insister pour l’envoyer dehors avec ce bonnet Bolivien que j’adore et qui lui donne cet irrésistible petit look baroudeur qui me fait tellement craquer quand je peux le laisser sortir avec cet invisible couvre chef complètement bateau avec lequel je suis tranquille qu’aucune fille ne va me draguer MON MEC à MOI !… Mais je ne dis rien… Mon homme me voyant en pleine réflexion me dit.

« Oh j’ai l’impression que ça se Blogue ça ! »

Mais oui, mon cœur, ça se Blogue ;-D

7 commentaires:

Ma'cha a dit…

bah là je me rends compte que j'ai beaucoup de chance avec Pa'cha : ni gants, ni bonnet. mais bon, c'est pas pour ça qu'il pourrait survivre sans moi o:-)

Nevrosia a dit…

:-) Ben chez nous il y a un panier en osier blanc dans lequel doivent être rapatriés tous gants, bonnets, écharpes et autres accessoires hivernaux.
Et nous ne nous sommes jamais dit : "Chéri mais où sont mes chaussettes!", c'est bon signe ? :-D

Tili a dit…

Hummm vous êtes tès très fortes, vous arrivez à échapper aux accessoires hivernaux, mais atttttention mesdames on ne se méfie jamais assez des chaussettes ! Siiiii siiiiii, ce sont les plus sournoises. 8-D

griffollet chat virtuel a dit…

Puis-je t'envoyer voir La Java des Chaussettes, chez moi le 12 octobre ? (On a de ces vanités d'auteur). Amicalement. G.ch.v.

Louve a dit…

Aïe, moi mon zhom ressemble à un yo dès qu'il enfile (très tôt dans la saison, il a vite froid aux oreilles) son bonnet-chaussette. En plus, comme il porte le boc (?) et qu'il a fait dire à une collègue qu'il a le look d'un terroriste palestinien (et pourquoi pas israëlien, d'abord, ou syrien ou ou... ?), et bien je le regarde méchamment dès qu'il dégaine son couvre-chef. En plus, quand il le range, il a les cheveux tout plats, mais pas "comme il faut", un peu comme les mamies qui sont restées scotchées trop longemps à leur fauteuil à napperon. Bref, du délice pur... Mais zhom est très ordré pour ses petites affaires il n'est point question d'un "où as-tu rangé" quoi que ce soit... ouf !
Par contre, pour les enfants, y'a au moins 3 écharpes et 3 ou 4 bonnets chacun. D'ailleurs, je me suis surprise l'an passé à leur tricoter (oui, oui) une écharpe chacun. Pourvu qu'il n'y ait ni augmention ni diminution, j'assure ! Mais il paraît qu'elles piquent, alors elles restent au fond de l'armoire et moi je me marre, parce que je n'ai aucun susceptibilité pour ça...

Ma'cha a dit…

et s'il y avait que les chaussettes... j'ai 2 petits cordons sur un t-shirt que j'adore bah à chaque lavage ils se carapatent et je les cherche pendant des heures (là d'ailleurs j'en cherche 1 des 2) et malgré un méga double noeud, je l'ai encore perdu, j'en ai maaaaarre

Marianne a dit…

J'adore la saga des chaussettes ! c'est d'un réalisme époustouflant .