vendredi, mars 23, 2007

Pisse mémé


Selon l’expression consacrée de mon amie originaire des Landes, j’affectionne de prendre un petit « pisse mémé » (une tisane) après le souper.
J’ai 2 recettes de la chose que je vous livre, oh heureux lecteurs…
(quantités données pour une théière)

La recette « plan-plan »
De l’eau très chaude, une petite cuillerée à café de grains d’anis vert, des feuilles de menthe verte, une pincée de cannelle, une pincée d’épices pour « pain d’épices », puis laissez infuser 10 minutes avant de la siroter…

Maintenant la recette pour soirées plus toniques
De l’eau très chaude, une petite cuillerée à café de grains d’anis vert, une 1/4 cuillerée à café de gingembre, une pincée de piment rouge, du sucre (ou édulcorant ou une cuillerée à café de miel), laissez infuser 10 minutes et voyez.

Bon pisse mémé ;-)

vendredi, mars 16, 2007

Toutes en minijupe !


Pour rire un peu après mes posts précédents je vous rappelle que la loi du 26 Brumaire an IX de la République, jamais abrogée, dispose :
"Toute femme désirant s'habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l'autorisation qui ne peut être donnée qu'au vu d'un certificat d'un officier de santé". Deux circulaires de 1892 et 1909 autorisent le port féminin du pantalon à vélo puis à cheval.

Mesdames ne lâchez pas votre cheval ou alors portez une minijupe ! Une alternative serait de se présenter en minijupe et à cheval au commissariat de police pour demander à recevoir l’autorisation de l’officier de santé de porter son pantalon  ;-)
Le string c’est autorisé ?

samedi, mars 10, 2007

Féministe ?

A cause de la conversation sur l’inégalité en DROIT des femmes par rapport aux hommes, existant aujourd’hui en France, je me fais « traiter » de féministe.

voir ici
http://forum.magicmaman.com/salon/debats-actualite/francaise-declaration-homme-sujet-3661217-1.htm

Etre féministe, ce n’est pas une insulte. Pour autant c’est connoté négativement auprès de nombreuses personnes aujourd’hui. Pourquoi ? Peut être que une des raisons est que le discours, qui dans certains groupes reste « anti familles » ne corresponds plus à la majorité des femmes qui aspirent à un équilibre entre une vie de famille et une vie professionnelle. C’est du moins ce que moi j’ai pu ressentir en me faisant toiser par une femme se disant féministe et faisant partie d’une association qui défends le droit des femmes, sur le fait que j’allaitais mon enfant, oh esclavagisme suprême.
Dans ce sens je ne suis pas féministe, pas de ce féminisme là en tout cas.
Mais je suis profondément Humaniste.
Je me bat avec la même fougue pour les droits des malades, des handicapés, des minorités, des personnes âgées (pardon, des vieux) et des enfants. Et aussi pour préserver la nature et les animaux.

Je suis convaincue que l’article numéro 1 de la convention des droits « Humains » (oui je sais, de l'Homme) doit être respecté « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en DROITS ». Ce n’est pas le cas aujourd’hui en France, le droit de nos filles s’efface devant celui de nos garçons…