jeudi, septembre 25, 2008

Qui a eu cette idée folle... un jour de détruire l'école !

J'ai reçu, comme chaque parent d'enfants entre le CP et le CM2 un magnifique petit livret... Le « Guide pratique des parents ».
C'est joli...96 pages avec des belles illustrations en couleur, le genre de truc que notre gouvernement ne donne pas gratuitement par hasard dans un contexte de recherche d'économie.
Ca à l'odeur des belles mitraillettes toutes neuves !

Essentiellement, je relève que les heures d'enseignement supprimées aux enfants sont soigneusement passées sous silence, mais pas d'inquiétudes, nos enfants en difficultés seront AIDES.
Waou ! Quelle chance, 2 heures par semaine d'aide par les enseignants ! Ca en jette !
Ouf nos enfants vont être pris individuellement ou presque par leurs enseignants, le gouvernement nous offre des cours particuliers quoi, quelle bonté...

Je crois qu'ils veulent vraiment nous faire avaler ces fadaises...

Non seulement nos enfants auront moins d'heures dans un programme plus chargé mais en plus seuls une minorités d'enfants en difficultés recevront une aide, par le même enseignant que celui avec lequel il se sent peut être mal à l'aise, et dans des conditions déplorables.
Pas le samedi, le mercredi quasi impossible posant des problèmes d'organisation monstres, reste à surcharger la journée de l'enfant déjà stigmatisé en l'empêchant de se détendre à midi ou le soir.
Les rythmes chrono biologique ont disparus du discours de l'enseignement national.

Donc on nous jette en pâture un ersatz de cours particuliers pour nous caresser dans le sens du poil.
Gentils les parents, gentils, on aide votre enfant, on vous donne 2 jours de week-end, dormez tranquilles maintenant.

Ah mais tiens vous avez remarqué aussi ? Page 9, le chapitre sur les aides à notre enfants, on cite le fait que l'enseignant doit adapter son enseignement (dans des classes toujours surchargées j'imagine bien qu'ils auront le temps de s'adapter à chaque enfant, c'est cela), l'aide individualisée et les stages de remise à niveau pendant les vacances (dans la limite des places disponible nous précises t-on de justesse page 95, loin du chapitre en question).

Rien que ce foutage de gueule ça a de quoi me mettre les nerfs en boule mais quand même vous avez remarqué ou pas ?
LE RASED et les Psychologues scolaires ont DISPARU !


Si, si, le RASED a disparu ! Rien dans ce livret, les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté sont complètement « oubliés »...

De même que les Psychologues scolaires, rayés de la carte eux aussi ! Ils ne figurent ni dans l'aide aux enfants en difficulté ni dans la scolarisation des enfants handicapés !

Par contre les médecins scolaires ont acquis des compétences, ils sont brusquement devenus spécialistes des troubles cognitifs !
Moi qui suis neuropsychologue je suis contente d'apprendre que c'est le médecin scolaire qui pour l'entrée au CP va « dépister les difficultés d'apprentissage » et « voir comment y remédier ».

Je lis cela et j'ai une sonnette d'alarme qui se déclenche.... Médicaliser les difficultés scolaires? J'espère qu'ils vont se faire subventionner par le labo qui distribue la Rital***ine !

Je suppose que le budget des médecins scolaires à été grandement augmenté et que des neuropsychologues vont être embauchés pour cette détection des troubles cognitifs annoncés... Non?
Ah bon...

Mon opinion c'est que le démantèlement de l'école publique est passé dans une phase dure, le but est de rendre l'école tellement insupportable qu'il deviendra évident que l'enseignement devrait être une marchandise comme une autre...

On coupe progressivement tous les soutiens des enseignants, les psy, le Rased, on monte le bourrichon aux parents qu'on caresse dans le sens du poil, en apparence du moins. A côté de cela on alourdit le cahier des charges des enseignants, on les mets sous pression.
En clair, on tends la corde...
Quand la situation sera devenue insupportable pour les enseignants les plus motivée, le navire va se vider et adieu l'école publique !

Edit/
Je ne cherches pas à taper sur les médecins scolaires, bien au contraire, et je crains qu'ils ne soient demantelés eux aussi à terme. En attendant on présente aux parents un texte où les autres acteurs de la prise en charge des troubles scolaires ont disparu ce qui suggère que le médecin doit trouver lui seul la solution ou bien adresser l'enfant dans le privé si les parents en ont les moyens...
Je penses que c'est une façon de tester la température de la motivation des Français pour l'école publique. Si nous restons passifs devant ce texte, alors les intervenants qui n'y figurent pas disparaitront pour de vraie.

25 commentaires:

Ma'cha a dit…

ce petit livre m'a beaucoup amusée aussi, il y a tellement de phrases amusantes qu'on le prendrait presque pour une comédie hilarante... sauf que ça tire plutôt sur la comédie dramatique quand on pense qu'il s'agit de nos enfants...

Nadu a dit…

Et bien sans vouloir me faire l' avocat du diable, je dois dire que je trouve que les choses se mettent en place plutot bien dans notre cas. Il se trouve que ma fille a besoin de soutien scolaire car elle arrive de l' etranger et n'est pas au niveau francais. Ils se trouve que ce n' est pas la maitresse mais une autre maitresse qui la prend en charge pour sa lecture, et il se trouve que cette maitresse est egalement chargee du RASED. La seule chose qui m' echappe c' est de quoi beneficie ma fille, d' un programe dans le cadre du RASED ou bien un programe dans le cadre du soutien scolaire, ou bien les deux? Mais en tous cas, ce programme semble efficace et concret puisqu' il a commence cette semaine pour elle, apres concertation avec la maitresse et un diagnostique de ses lacunes les plus importantes.

Nadu a dit…

Pour ce qui est du reste du bouquin, je suis d' accord qu' il y a beaucoup a redire.

Tili a dit…

Hello Nadu,
Oui le RASED est vraiment une bonne chose!
Mais je pense en fait que le but de tout cela sera de le supprimer...

anita a dit…

Huhu, si je peux te rassurer, le budget des médecins scolaires est toujours le même. (des gommes! des crayons! donnez pour la santé scolaire...)
Mais ça fait quand même très longtemps que je participe au dépistages des enfants vulnérables scolairement. et oui, sans être neuropsycho, on a quand même quelques outils !
ne serait-ce que pour savoir quand orienter vers tes collègues. Ou vers le Rased. Ou vers le pédopsy.
C'est bien le but d'une consultation de dépistage.
D'aileurs, le but final de l'opération, c'est bien, non pas de médicaliser, mais justement de re-pédagogiser.
Une fois que tu as défini qu'il y a un trouble, par exemple une dyspraxie, le vrai problème c'est : "en quoi ça le gêne dans les activités scolaires et qu'est ce qu'on a comme moyen d'y remédier dans nos trousse à outils respectives?"
Un peu plus subtil quand même que de prôner la R.taline dan l'eau de la ville.
Mais je mettrais ta réaction sur le compte dela colère ;-))
Des bises.

Laeti a dit…

Ton analyse est, hélas, tout à fait juste :-(
Nous voici à l'heure de l'école "libérale", dans laquelle les enseignants, et les écoles, seront jugés, et comparés, en fonction des résultats des élèves aux évaluations.

Lydia a dit…

Sans vouloir mettre les pieds dans le plat.... sachant que la scolarité n'est pas obligatoire, que seule l'instruction l'est, et seulement à partir de 6 ans...
pourquoi tirer à la fois sur les enseignants et sur les parents qui ne scolarisent pas leurs enfants ?

Tili a dit…

Anita, rassures toi et comprends mon message dans l'autre sens, je ne considere pas que le travail fait est mauvais, bien au contraire.

Ce qui m'agace c'est qu'on bombarde des trucs en sachant pertinament qu'on ne donne pas les moyens de le faire voir qu'on démonte en parallele les moyens qui existent actuellement.

Je prends le raisonnement suivant: quand il n'y aura plus ni psychologue scolaire ni RASED le médecin qui décèle un trouble cognitif aura quand même du mal à l'évaluer et à le prendre en charge lui même.
Ce qui me semble c'est que la solution qu'on lui imposera sera d'envoyer les parents chez des professionnels privés, s'ils ont les moyens de le faire...

Tili a dit…

Lydia, bonjour,
J'ai du mal à comprendre ta question a quoi fais tu allusion ?

stef a dit…

Au Québec, nous avons des intervenants à même les classes pour venir en aide à l'enseignant mais surtout aux élèves ayant des pbs d'apprentissage ou de comportement. Mais ici aussi c'est loin d'être tout rose ...

Oxygène a dit…

Je n'ai pas eu le plaisir de lire ce document, mais j'ai souvent entendu le ministre nous débiter ses arguments. Je suis effarée par le recul de la pensée et de la réflexion dans le domaine de l'éducation à un moment où l'on aurait besoin de bousculer les cadres et de réfléchir par exemple aux rythmes scolaires.

JoD7 a dit…

En tant qu'enseignante, j'ai tenu - au risque de me faire vilipender par les "Hautes" autorités si ma rebellion arrive à leurs oreilles - un discours similaire aux parents lors de ma réunion de classe, ces heured de soutien (heures supplémentaires) sont insupportables pour des enfants en difficultés qui sont ceux qui sont le moins bien à l'école et qui n'ont qu'une hâte, c'est de ne plus voir la tronche de leur tortionnaire, même s'il ou elle est de bonne volonté. On met ça en place début octobre, avec la pratique peut-être changerai-je d'avis ... Quant au petit livre, dans mon Ecole, acte suprême d'incivisme, on a carrément décidé de ne pas le distribuer !!!!

Tili a dit…

Oxygène, oui, bien d'accord.
Jod, oui mais si les enseignantes de mes enfants avaient réagit comme toi je n'aurai pas eu le loisir de m'énerver dessus ;-)

Lydia a dit…

Et bien, je veux dire que d'un côté le ministère veut contrôler les enfants qui sont non scolarisés, et de l'autre il veut empêcher les enseignants de travailler correctement.
Je ne comprends pas le but de tout ça...

Tili a dit…

Quelques esprits mal tournés sussurent que le but est de faire de l'instruction un bien commercial qui suive les lois du marché.
Si tu instruit toi même tes enfants tu ne payes pas assez...

anita a dit…

Pani problem! Je crois que nous sommes au fond d'accord-et c'est moi qui ai lu trop vite une ccritique à l'égard de ce métier que j'aime bien malgré-a cause? de sa pauvreté chronique.
Et oui, il faut se battre pour perpetuer les RASEd

Tinou a dit…

Je suis instit, directrice d'école et ton billet me fait du bien. On a tellement l'impression que tout le monde s'en fiche !!! Ta conscience politique des évènements me laisse entrevoir un petit espoir. Oui, ces heures de soutien sont une aberration, oui, la suppression des rased est programmée (on peut l'entendre ici : http://www.youtube.com/watch?v=qrS2NuAhcGk ). Oui, le démantèlement de l'école publique est en route... Oui, il est urgent de réagir !

Louve a dit…

Grrrr, je suis désolée de savoir que les aides dont bénéficient les enfants (tous les enfants, et évidemment les moins favorisés) ne sont pas toujours adéquates. Je ne m'avancerai pas plus, ne connaissant pas assez le système scolaire français.

Ici, nous avons la chance immense (pour l'instant et dans notre cas particulier) d'avoir un duo d'instits qui paraissent bien, impliquées, motivées, et qui plaisent aux enfants. Ils sont 18 dans leur classe, luxe évident. Et une personne vient plusieurs demi-journées par semaine en renfort pour aider une élève qui a davantage de difficultés. Elle tourne dans les établissements en fonction des besoins, mais étant donné la fréquence de sa présence dans la classe de nos enfants, apparemment il n'y a pas de sous-effectif pour le moment. Tout le monde apprécie.

J'espère qu'à part ce petit livre qui te fait chevrer, tes filles ont la chance d'avoir une chouette maîtresse (ou maître) et qu'elles aiment l'école !?

Tili a dit…

Tinou, le discours de Ferry est édifiant, merci pour le lien.
Louve, mes puces vont bien, même si,elles ont été bousculées par cette année de crainte pour leur Maman.

melchior griset-labûche a dit…

Je suis globalement d'accord. Seule une expression me fait tiquer: que l'enseignement ne soit pas "une marchandise comme une autre". Il doit être, ou ne doit pas être, une marchandise (tout court). (Je pense que non, mais ça pourrait se discuter). En revanche il n'existe pas de marchandise "comme une autre", à ma connaissance. Mais je m'écarte du sujet.

Névrosia a dit…

Pour avoir pu bénéficier de toutes les infrastructures dont tu parles et avoir constaté leur efficacité, je ne peux que déplorer leur disparition programmée. S'il faut militer et se battre pour le maintien du RASED j'en serai.
Par contre je veux croire qu'on peut faire confiance aux instits pour utiliser ces heures de "cours particuliers" intelligemment, en tenant compte de l'état de fatigue des élèves (dont ils sont conscients car ils les auront déjà eu en classe toute la journée et seront eux aussi fatigués), mais je n'arrive pas à regretter la suppression de l'école le samedi matin.
Mes enfants étaient crevés et avaient beaucoup de mal à se lever de toutes les façons. Je serais plutôt partisane de revoir le planning scolaire annuel pour écourter les grandes vacances, mieux étaler le programme et augmenter les possibilités d'activités sportives et culturelles.
Je crois que les choix gouvernementaux sont subis par les enseignants autant que par les élèves.
Je n'ai pas encore reçu ce livret, j'attendrai donc de l'avoir lu pour me positionner.

Sosso a dit…

Tili, je vote pour toi! On ne pourrait être plus d'accord toutes les deux (et j'adore le titrez e ton billet).

J'ai justement fait un billet hier sur les aberrations de la mise en place des heures de soutien (Nevrosia, tu pourras voir que l'on ne nous donne pas les moyens que cela soit productif pour les enfants)

En plus de la suppression des RASED qui parait inéluctable, se profile aussi très nettement la suppression pure et simple des maternelles! Dans la dernière vidéo de Darcos il dit très clairement qu'il se pose la question de la légitimité du préélémentaire :-(

Guilitti a dit…

je n'ai pas le courage de lire tous tes commentateurs, donc désolée si le lien que je file ici a déjà été donné : il s'agit de l'interwiew de Ferry au sujet des samedis matins et des 8000 postes économisés !!!
http://www.wat.tv/audio/ferry-rased-x6fi_o227_.html

Donc vive l'enseignement privé, je vais je pense ouvrir une boite à bac, très chère, je n'aurai plus 36 élèves par classe... youpiiii plus besoin de traverser l'atlantique pour avoir un enseignement à 2 vitesses !!

Poun a dit…

tu sais avec les réformes qu'ils sont en train de nous coller, c'est aps étonnant qu'ils mentionnent pas le RASED...il disparait :-( !!

Ca me déplore tout ça ! Je me prépare pour cette profession et on nous dit déjà quel merdier est en train de se dérouler et aux pires scenarii à imaginer qui vont nous tomber dessus ! sont sympa non ?

Tili a dit…

Merci pour ce lien, une nouvelle fois, il est édifiant !