dimanche, août 31, 2008

C'est la rentrée

Comment ça, déjà ?
Pffffffff
Je suis fatiguééééééeeeeee.
Mais pourquoi ils ne reportent pas la rentrée pour les Mamans fatiguées ?
Mais bon, ça me fait combien de temps de repos après la fin de la radio.... une dizaine de jours à la louche et déjà faut reprendre le rythme pour les enfants.

Sinon au menu pour moi nouveau bilan, hormonothérapie et en attente du démarrage de l'essai thérapeutique, je vais prêter mon corps à la recherche (en espérant qu'on me le rende en bon état).

Bon au menu aussi une activité sportive régulière, plus de rigolades, plus de repos, plus de disponibilité pour ceux qui m'aiment, le démarrage de mon projet humanitaire, la gelée de coings et les soupes de potiron et commencer à me remettre à jour professionnellement parlant parce qu'avec tous ça j'ai complètement décroché.

Pffffiouuuuu j'suis fatiguééééeeeee !

mardi, août 19, 2008

Fin de la radiothérapie !

Ouf !

J'ai quitté hier le sourire aimable du personnel de la radiothérapie !
C'est vrai que tous ces jeunes gens se sont montrés très gentils et je leur rends homage ici, merci à eux du fond du coeur.

Mais tralalalalère pour moi c'est FINI ! Et que l'avenir me préserve d'en avoir encore besoin...

Que ceux qui m'aiment, les morts comme les vivants, invoquent chacun leurs puissances bénéfiques, et que la maladie disparaisse à jamais et laisse mes trois enfants en paix.

L'autre jour au moment où je leur expliquait doucement que je devais les quitter à nouveau pour retourner à l'hôpital à Paris, ma fille adorée a hurlé les yeux en larmes du haut de ses 7 ans "je déteste le cancer je ne veux plus de cette méchante maladie Maman qui fais que je ne te vois plus et que tu dois tous le temps aller à l'hôpital"
Sa soeur jumelles ne disait rien, les yeux remplis de larmes elle aussi et mon fils de 2ans 1/2 me repoussait en criant "Pas Maman, pas Maman je veux Papa"...

Aujourd'hui je suis cencée commencer l'hormonothérapie...
Mais je m'octroie un jour de pause... Vu l'elasticité de la date de fin de la radiothérapie je peux supposer que l'hormonothérapie, qui dure 5 ans, n'en n'est pas à un jour près et aujourd'hui je suis seule et dois prendre l'avion ce soir pour rejoindre ma petite famille, ce sera plus raisonnable de commencer demain...

Il me reste 10 jours pour sécher les larmes de mes enfants, 10 jours sans baignades, vu l'état de ma peau sur la zone irradiée mais croyez moi je vais profiter de chaque minute auprès de ma famille, je sécherai les larmes de mes filles et rassurerai mon petit garçon qu'il peut aimer sa mère sans qu'elle ne disparaisse à nouveau.

Bonnes fin de vacances à vous tous, bonne reprise à ceux qui commencent déjà à rentrer, nous nous retrouverons à la rentrée pour de nouvelles aventures, je l'espère plus gaies !

D'ailleurs j'ai une idée de jeux sympa pour faire voyager nos papilles à la rentrée... Je proposerai que chaque participant affiche sa recette préférée sur son Blog (où sur le mien pour ceux qui n'ont pas de Blog) et quand tous le monde aura affiché, chaque participant choisira une recette affichée par un(e) autre pour l'essayer et donner ses commentaires sur son aventure culinaire... Il/elle pourra aussi cummuniquer avec l'auteur de la recette pour lui poser des questions si nécessaire. J'afficherai ici la liste de tous les participants avec le titre de leur recette !
Qu'en pensez vous ?

jeudi, août 14, 2008

Les males ont aussi un cerveau !

Quand même que les hommes sont étranges, l'aviez vous remarqué Mesdames ?

Je suis, osons le dire, MOCHE. Comment qualifier autrement une femme, les traits tirés, quasi chauve avec une repousse naissante affreusement grise, mal cachée par un petit bandana. Les sourcils en bataille en pleine repousse, les cils naissants. Et en plus qui se promène en cachant difficilement un buste à la quasimodo et un bras enfermé dans un manchon qui descends jusqu'au poignet. Sans parler des kgs pris durant la chimio avec les corticoïdes, donnant un air bouffi à la chose.
A 38 ans j'ai l'impression d'en avoir et paraître 20 de plus.

Tous les jours je prends le train pour aller à Paris me faire soigner et très régulièrement je me fais DRAGUER.

???

Et pas par des gros nazes en quête d'un quelconque objet sexuel, non, par des hommes cultivés, le plus souvent autour de la quarentaine qui me font la causette jusqu'à ma station.

Et je crois bien que aucun n'a remarqué ni mon buste ni mon manchon ni mes cheveux ni mes sourcils. Le dernier, je lui ai demandé ce qui avait fait qu'il osa m'adrsser la parole. Il répondit que j'avais un air “incroyablement sympathique”.

???

J'en viens à croire que ces messieurs ont un cerveau et sont attirés par autre chose que par le physique.

Vous croyez cela possible, vous, Mesdames ?

mercredi, août 13, 2008

ACTIVITES AEROBIES

Maintenant que j'ai fait un peu de ménage et rangement dans ma tête j'ai attaqué celui de ma maison.

Chose étrange ces trucs là ça ne se fait pas tout seul... Je vais dire un truc afreusement sexiste (bouchez vous les oreilles les rares lecteurs je m'adresse aux femmes seulement) mais bon, vous connaissez cette gymnastique incroyable de quand l'homme et les enfants sont pas là ?

Non ?

Si si, quand on met la musique à fond, qu'on respire un bon coup et qu'on commence à ramasser les jouets par terre, ranger le bureau, classer les papiers, passer l'aspirateur et la serpillère, ranger les vètements et ensuite qu'on ose mettre un pied dans les chambres des fauves...

Je ricane acidement en pensant au médecin hier qui m'a dit qu'avec le médoc qu'on allait me donner il fallait éviter la vie sédentaire et marcher/bouger tous les jours (risques de Thrombose).
Je ricane d'autant plus jaune que je pense à l'autre médecin, celui qui m'a dit de ménager mon bras gauche et à l'autre encore qui m'a dit qu'après la radiothérapie je pourrais me reposer...

Pourquoi c'est sexiste ?

Parceque quand j'ai laissé le chum seul la dernière fois j'ai retrouvé le souk tel quel... Il a fait des choses “qui ne se voient pas” m'a t-il dit...
Le pauvre, c'est vrai que ça ne se voyait pas.

Bon mais vous savez qu'il est tellement parfait mon homme adoré que si je ne trouve pas moyen de l'égratiner de temps en temps il va prendre la grosse tête. La méchante ;-)

Mais sérieusement, le repos c'est mauvais pour la santé ! Mon excellent directeur de maîtrise/DEA que j'adore (je suis à une époque de ma vie où je n'ai plus de hontes à exprimer mes sentiments d'amitié), m'a dit qu'un bon moyen de combattre la maladie c'était de faire une activité sportive aérobie, même si cela peut paraître paradoxal de dire cela à une personne qui sent une extrèmement fatiguée...

Je l'ai cru, d'ailleurs je suis allé essayer de comprendre son raisonnement scientifique et bien sûr il a raison de dire que “l'exercice aerobie a des effets anti-inflammatoires”.

Je l'ai écouté et tous les jours j'ai fait ma marche contre ma fatigue, en ouvrant bien mes poumons, je n'ai pas ménagé les escaliers, toujours en respirant, j'ai même attaqué les abdos (là c'est dûr de bien respirer par contre). Je me sens à présent bien moins fatiguée alors que je suis sur la fin des traitements et que les effets sont censés se cumuler.

Merci ! :-D

mardi, août 12, 2008

En quête de Bouffons

C'etait au coeur des vacances, entourée de l'amour de mon mari et de mes enfants... Nous nous sommes arrêtés sur une petite place, un lieu de pélérinage dont j'ignore encore l'histoire. Il y avait là un arbre magnifique, immense, rafraichissant, majestueux.

En un éclair l'angoisse de la mort m'a embrasée. Terrorisée, je me suis imaginée serrer ce tronc dans les bras et rester là à attendre le salut accrochée à cette bouée merveilleuse.
Une autre pensée m'a traversée l'esprit, celle de l'enfant capricieux qui ne veut pas quitter son jeu. Moi l'enfant qui ne veux pas quitter sa vie refusant d'aller avec la mort qui vient me chercher.
Mon coeur battait très fort et je lui ai parlé mentalement comme un parent console l'enfant apeuré.

-“N'ai pas peur, mon coeur, pensais-je, ton corps n'est que de la chair, à ta mort cette chair ira nourrir d'autres vies, des plantes des parasites, des arbres comme celui que tu voudrais embrasser et par le jeu de la vie cette énergie transformée vivra sous d'autres formes”.

Mon coeur à commencé à se calmer mais l'image m'est venue de ces tombes stériles où nous arrivons encore à polluer la terre de béton et refuser notre chair aux autres vies, à la crémation à la mode et que j'envisage qui pollue plus encore.
Ma pensée à voulu caresser encore ce coeur affolé.

-"Je demanderai à ce que cette chair soit rendue à la terre, sans béton, sans pollution, sans tralala".

Mon coeur se calme, ma pensée quitte le bel arbre et je songe à ces étranges émotions. Je nous vois, grains de poussière dans l'histoire, que nos vies sont dérisoires pourquoi les regretter ? Je pense à mon corps qui renouvelle presque toutes ses cellules en trois mois, me suis-je jamais inquiétée de ces cellules qui me quittent ? Pourquoi donc alors s'inquiéter d'un corps qui n'est rien de plus que cela des cellules mortes qui se séparent ? Non, je dois laisser les vivants gérer leurs émotions par l'enterrement qui les rassurera le mieux.
Je souris, je vois dans cette peur un instinct du vivant, un simple instinct utile à la survie de l'espèce, rien de plus.

Je souris avec indulgence à ce coeur enfant qui accepte enfin la raison.

Je savoure l'amertume de cette coupe qui m'offre la liberté absolue de regarder la vie en face.

Merci à cette étrange maladie où mon corps se rebelle contre lui même car je n'ai jamais plus progressé qu'en ces moments de peur, j'en viens à me demander ce que je pourrais bien faire de cette vie si elle avait la farce d'être finalement longue ?
Oh là, n'est ce pas là une pensé de Nietzsche que la souffrance est la seule cause des dépassements de l'homme ? Non je ne peux penser cela, je voudrais que l'amour soit lui aussi un moteur... Mais je vois pourtant.

Mais quelle étrange vie vivons nous donc. Vaine, égoiste, polluante, recherchant la possession d'objets, la gloire auprès des autres. Pourquoi donc ?
Nous pourrions posséder tous les objets du monde que cela ne changerait rien, la mort nous emportera et rendra ridicule cet amas de possessions dérisoires.
Nous n'aurons au passage que plus pollué le monde et détruit l'équilibre de vies fragile dans lequel nous laissons des enfants.

Je vois ces foules proclamer la gloire d'artistes puériles, où est donc la quête de beauté ?... On ne vends que des objets de profit, pourquoi faire ?

Je vois les puissants du monde attirer les regards par leur vanité. Que regardez vous donc ?

C'est dommage que la pratique des grands d'aimer et protéger un bouffon ait disparue, elle me semblait salvatrice. Je repense à Alexandre le Conquérant, du haut de sa puissance respectant l'étrange et cynique Diogène vivant dans une amphore... Qui autour de nous inspire le respect par sa simple pensée ? Où sont ces maîtres exemplaires ?

Et vous, Maîtres, où sont donc vos bouffons ?

lundi, août 11, 2008

Une escapade historique !

Quelques jours de petit paradis et une belle leçon d'histoire géo pour nos enfants :-)

Que la Bretagne est belle et nos amis merveilleux !

Plage, ballades et menhirs...Soleil et tempête Bretonne, Trampoline et manèges... Crêpes et bolées de cidre... Les amis tout sourire...
Rien ne manquait, pas même le lutin dans la forêt enchantée de Brocéliande (du roi Arthur et Merlin l'enchanteur), si si c'est ma puce qui l'a vu !

Les enfants gavés de sensations se sont endormis dans la voiture sur le chemin du retour pour se réveiller chez les Dinosaures !

Un petit détour aussi du côté de nos ancêtres découvrant le feu et nous fuyons avant qu'on ne nous fasse tracter des menhirs !

Dernier jour au parc du Puy du fou pour des leçons d'histoire grandeur nature, mais sous la pluie et les guêpes excitées.

Nous sommes rentrés dimanche soir...

Aujourd'hui machine en panne... La fin de la radiothérapie s'annonce plus que difficile et il va falloir continuer à improviser pour voler quelques vacances... En attendant mon homme et mes enfants s'en vont demain, à la montagne, la maison va me paraître bien vide...





mercredi, août 06, 2008

Vamos a la playa

"Je suis désolé, vous devez interrompre la radiothérapie pour la reprendre la semaine prochaine seulement, vous êtes trop brulée !"

A dit le radiothérapeuthe...

Ca a commencé comme ça, par une déception, j'ai vu mes vacances avec mes enfants fondre d'un seul coup.

Alors devant la porte de l'Institut, j'ai téléphoné à mon Chum...

"Prends tes vacances, récupérons nos enfants, partons tout de suite, comme cela à l'aventure lui ais je demandé".

Mon homme a réagit au quart de tour, je n'était pas arrivée à la maison qu'il avait déjà posé ses congés et organisé le retour de nos puces, commencé à faire les bagages.

Nous partons donc, prenez garde les bretons car nous voici !
Ensuite nous irons au Puy du Fou pour une fin de semaine bien joyeuse.

Vive les vacances improvisées ! :-D