dimanche, novembre 30, 2008

Aller, c'est lundi

Courage...

vendredi, novembre 28, 2008

Le CROTTOIR de l'école

C'est comme un jeu d'arcanes grandeur nature. Tous les jours, nous devons slalomer entre les crottes de chien qui parsèment le chemin de l'école, jusque sur le parvis de la maternelle. Avec 3 enfants, il y a souvent des "game over". Aujourd'hui, j'étais emmitouflée avec une angine terrible et donc je n'ai pas été assez vigilante... 2 game over !
Alors ma puce M. qui a beaucoup d'humour a décidé de rebaptiser le chemin de l'école, désormais nous parlerons du CROTTOIR de l'école... Tout un poème...

PS. Mon moral fait du yoyo, très bas hier, en phase up aujourd'hui malgré une nuit encore difficile semée de bouffées de chaleur et d'heures passées dans le lit de mon fils qui décidément ne va pas bien en ce moment lui aussi. Après avoir déposé les petits j'ai fait un truc rare, je me suis RECOUCHEE !

Est ce le temps qui fais que le monde entier semble morose en ce moment ? Je vois sur la blogosphère que vous êtes tous d'humeur chagrine. De mon côté c'est le grand plongeon, je n'arrive même plus à me secouer pour l'association (pourtant la semaine de solidarité à été une belle réussite). Aller, on se serre les coudes et on remonte tous ensemble dans le navire OK !!!???

lundi, novembre 24, 2008

Petit coucou en passant

Petit coucou en passant,
J'aime vous voir débattre sur des sujets de société (peu abordés par les médias) comme la pub, continuons ;-)
Aujourd'hui j'avais mon IRM de control plus une echo-mammo... RAS, pourvu que ca dure !
Cet après mon chum est sur le billard du chirurgien pour éclaircir cette supposée appendicite.
Nous avons 2 enfants malades (bronchites) à la maison.
Heureusement que ma belle mère adorée est venue m'aider.
Donc là je range les courses et je fonce à l'hôpital pour être présente au réveil de mon chéri...

Je sais que certaines attendent mon post sur la chirurgie reconstructrice mammaire (oui, surtout vous mesdames qui avez un parcours similaire et sous-marinez en silence ou m'envoyez un petit mail de soutient ;-)) oui j'ai beaucoup à dire dessus mais je le ferai en prenant le temps de réfléchir et de me renseigner, ça viendra, patience...

samedi, novembre 22, 2008

Neurosciences et Publicité


Il y a longtemps, avant, dans une autre vie, j'ai été une chercheuse en Neurosciences. Et il y a longtemps, avant, dans une autre vie, je suis rentrée en contact avec deux sociétés Françaises qui tentent de lancer le marché des prestataires de services scientifiques auprès des publicitaires.

Je vous vois ouvrir la bouche rond comme des poissons rouge.

Mais oui, évidemment, utiliser les connaissances des neurosciences et notamment de l'imagerie cérébrale et du comportement pour améliorer l'impact de la publicité c'est une démarche tout à fait actuelle. Rien à voir avec de la science fiction.

De là à ce qu'une chercheuse qui maîtrise à la fois l'imagerie fonctionnelle cérébrale et le comportement, qui ait bossé sur les fonctions attentionnelle et qui se retrouve au chômage jetée par le système Français et ses limites d'âge à la con se retrouve contactée pour gagner BEAUCOUP d'argent en livrant ses connaissances pour améliorer la pub, c'est après tout absolument naturel.

Bon, je suis toujours pauvre. Mais je peux encore le faire, c'est une porte de sortie possible... Je dis ça juste pour qu'un riche passant ait pitié et m'envoit plein plein de fric pour que je garde ma moralité ;-)
Non, soyons sérieux.

Comment changer la conduite des individus en s'aidant de nos connaissances ?

Il y a quelques temps une étude à été financée par Coca-cola pour comparer l'impact de l'image de son logo en Imagerie par Résonance Magnétique Fonctionnelle (IRMf), par rapport à l'image du logo de son concurrant Pepsi... Une première étude, basée sur un test gustatif en aveugle (les gens ne savaient pas ce qu'ils buvaient) avait montré que les gens préféraient le goût du Pepsi. Mais si l'étude gustative ne se faisait plus en aveugle alors les gens disaient préférer le Coca.
L'étude en IRMf à consisté à regarder l'activité du cerveau au moment où on faisait un test gustatif, puis l'activité cérébrale quand on montrait chacune des deux marques. Au moment du test gustatif, c'était surtout le noyau putamen qui était activé (ventral) et pour les marques le cortex préfrontal et plus pour Coca...
Petite conclusion sur le contrôl du préfrontal sur le putamen...

Quand la personne de la Pub m'a relatée fièrement cette étude, j'ai posé plusieurs questions. Pourquoi faire de l'IRMf là dessus ? Quelles nouvelles informations scientifiques cela apportait-il ?

Evidemment, aucune. Tous cela est bien connu, l'implication du cortex préfrontal dans la mémoire, le contrôle des régions antérieurs sur les régions postérieures, le rôle du ventral putamen... Aucun scoop.
Pour moi ces publicitaires ont perdu leur temps et leur argent. L'information que Coca vendait plus ils l'avaient déjà et la réaction cérébrale c'est de la poudre aux yeux pour publicitaires naïfs ou désespérés.
Mais comme on m'a fait remarquer, peut importe ce que ça apporte réellement en informations, l'aura scientifique fait vendre et d'avoir sa petite image du cerveau avec le préfrontal s'activant devant sa marque à du faire très plaisir aux patrons de Coca qui ont beaucoup de fric à perdre dans ces trucs là.

Vu comme ça c'est sur...

Bon des études il y en a eu d'autres, je peux vous citer celle qui montrait que l cortex préfrontal s'active plus si le sujet s'identifie à ce qu'évoque le produit comme image de lui même (genre t'est un pauvre petit repoussé par les autres mais si tu met ce parfum tu vas être irrésistible et tomber toutes les nanas... ooooh oui je me reconnaît dans le pauvre petit rejeté donc je vais pouvoir tomber les nanas).
Je vous le fait en basique vous noterez, c'est l'avantage de ne plus parler à un public de scientifiques, je peux caricaturer ;-)

Assez rapidement il y a eu des gens pour dire que ce qui fait vendre c'est les émotions (t'aura de l'amour, t'es triste, gai, rejeté etc...) et la récompense (si tu commandes 3 articles t'as le porte clés avec le petit ourson tellement mignon). Là on à regardé le cerveau de mecs regardants des belles bagnoles et on à vu que le noyau accumbens (Nacc) s'activait.
Evidemment c'était pas une nouveauté non plus et comme d'autres études avaient montré un lien entre l'activité du Nacc et l'attente d'une récompense ça à encore fait très plaisir à ceux qui veulent nous vendre leurs salades. Pour nous c'était assez banal de citer le lien entre émotions et encodage.

En réalité, il n'y à rien de nouveau pour la science dans ces études, par contre ça excite beaucoup les publicitaires.
Pourtant ça fait longtemps qu'ils utilisent les connaissances de socio et de psycho pour essayer de vendre plus. Le mouvement ne vient même pas d'eux mais du monde politique, je suppose que vous avez tous entendu parler des études sur la manipulation des foules qui intéressaient tellement Hitler ! Maintenant ces trucs là c'est du basic enseigné en Deug de socio et très probablement en Master de pub.

Depuis pas mal de temps déjà la pub essaye de vendre en activant nos émotions et surtout sexuelles, en utilisant des techniques de mémorisation plus efficaces etc.

Est ce que les neurosciences vont pouvoir les aider à vendre plus ?

Eh bien personnellement je me méfierai de ça. Ce n'est pas parce que jusqu'ici c'était plutôt de la rigolade qu'il n'y a pas réellement un potentiel à accroître l'impact des pubs sur les gens.

A mon avis ils vont rapidement se mettre sur les bonnes pistes, comme regarder l'impact cérébral de la différence sexuelle des messages publicitaires notamment émotionnels, s'intéresser au lien entre la baisse d'attention et l'impact des messages émotionnels, enfin tout ce qui fait que les chaînes vont pouvoir continuer à vendre plus de « temps de cerveau disponible ».

Ceux avec qui j'ai parlé m'ont affirmé qu'ils n'utiliseraient pas les neurosciences pour améliorer l'impact de la publicité visant les enfants... C'est sûr, chacun à ses limites éthiques...

mercredi, novembre 19, 2008

Mon Anniversaire

Demain !

Ouicchhhh !!!!
Et je ne vais pas bouder mon plaisir car je suis bien trop contente de pouvoir vieillir !!!
Même si il m'en manquera encore un peu pour être quadragénaire, c'est déjà bien d'avoir la chance d'être encore en vie et d'avancer en âge !.

Puis pour fêter cela, j'aurai mes 3 enfants plus 2 autres enfants car d'autres parents sont en panne avec la grève !

:-D
Plein de gnomes pour m'amuser, ça va être ma fête !!!
:-D

Sans blagues, j'adore quand il y a plein d'enfants !
Enfin sauf quand ils sont tous malades et grognons !
Mais je compte bien sur l'effet "invités" pour occuper les deux "grandes".
Et je suis prévoyante, je suis allée louer des films...
Et j'aurai de la main d'œuvre pour faire le gâteau (et pour le manger accessoirement).

Aller bonne journée à tous !

Et mon soutient aux manifestants de l'EN ;-)

mardi, novembre 18, 2008

L'hivers et les microbes

Je parlerai plus tard de ma rencontre avec le chirurgien spécialiste de la reconstruction mammaire, pour l'instant je dois m'occuper de mon fils qui a une infection pulmonaire débutante.
Un gros bébé de 3 ans malade et très grognon ça fait beaucoup beaucoup de travail pour la Maman !
J'espère que ses soeurs ne vont pas attrapper le virus !
Bon pour l'instant il dors, faut que je m'occupe de la maison (retapissée de vomi), de préparer un truc pour le goûter vu que je n'ai pas pu aller faire des courses (j'irai ce soir à la place de mon cours de gym) et rechercher ses DVD préférés de Barbapapa car je subodore qu'à son réveil il en fera une cure...
Décidément, celui qui m'a dit que pendant quelques mois après la chimio il fallait que je me REPOSE à la maison ne devait pas avoir la moindre idée de ce qu'est la vie de Maman !

--------------------------------------------------------------------------------------

Petit commentaire sur une info du jour:

Un homme tabasse sa compagne (mère de 2 enfants) pendant 10 minutes puis l'abat, ensuite il se suicide...
L'assemblée nationale ne trouve rien de mieux à faire que de se lever et faire une minute de silence... à la mémoire de l'assassin!

Que dire de plus ? C'était un député, dans cette caste là on se soutient quoi qu'il arrive...

Seul le petit peuple pense encore que le respect, ça se mérite...
Je vous propose une minute de silence à la mémoire de la défunte décence de nos députés...

lundi, novembre 17, 2008

Pâtisson


C'est une courge, de la famille des Cucurbitacés.
Celui que j'ai acheté au Supermarché était la variété "Gagat", fruit qui passe du vert foncé au presque noir en murissant et, parait-il riche en vitamines.
Parait aussi que c'est bon pour le régime.

Pour encore plus d'infos sur ce fruit allez sur Wikipédia là.

Je n'en avais jamais acheté avant, c'était une découverte ;-)

dimanche, novembre 16, 2008

Soupe incroyable !


Il faut ABSOLUMENT que je vous donne la recette de la soupe que j'ai faite ce soir. Ma puce S. s'est servie 4 fois !!!
Incroyable !

J'avais acheté des pâtissons noirs et il me restait un potimarron de mon jardin...

J'ai fait un « Velouté de Cucurbitacées »

Pour les Ingrédients

1 Potimarron
1 pâtisson noir (peut être que blanc ce serait bon aussi ?)
Un petit paquet de lardons
3-4 oignons
quelques petites pommes de terre
Un peu de gingembre et de muscade, sel, poivre
De la crème fraîche


Préparation.

J'ai été très surprise par la dureté de la peau du pâtisson, impossible de l'éplucher, alors je l'ai mis tel quel dans une casserole d'eau et j'ai fait cuire 10 minutes. Puis je l'ai sorti et j'ai planté mon couteau dedans...
A NE PAS FAIRE !
C'est le principe de la cocotte minute...

Enfin j'ai échappé à la brûlure de justesse...

Bon sinon j'ai mis un peu d'huile d'olive dans le fond de ma marmite et j'ai fait revenir mes oignons émincés. Ensuite j'ai rajouté les morceaux de potimarron (sans la peau et les pépins évidemment) puis le pâtisson enfin épluché, plus les épices.
Avant que ça crame j'ai mis de l'eau pour couvrir et j'ai rajouté les pommes de terres coupées et pelées (est-il nécessaire de préciser?).

J'ai laissé cuire le tout une bonne ½ heure.

Puis j'ai ôté du feu, mixé très fin, ça prend un aspect très velouté. J'ai rajouté de la crème fraîche et j'ai refait cuire un peu.

Voilà !
Les enfant ont ajouté un peu de lait froid vu que c'était trop chaud. Je les ai rarement vu se goinfrer de soupe comme cela !

jeudi, novembre 13, 2008

A plat

Je suis complètement à plat. Ramollo, toute raplapa.
L'angine me poursuit ! Enfin j'espère que c'est cela, évidemment comme la fatigue est le principal symptôme du cancer dès que j'ai un coup de pompe je ne peux pas m'empêcher d'y penser... L'épée de Damoclès encore et toujours...
Mon père vient de se faire opérer.
Mon homme est à l'étranger en congrès.
Mon fils traine sa suite d'angine lui aussi et est particulièrement grognon.
Ma fille S. Tousse toute la journée et toute la nuit.
Mon autre fille râle que je ne m'occupe pas assez bien d'elle.
J'ai des tonnes de factures et autres papiers administratifs en retard.
C'est le cafarnahum dans la maison.
J'ai envie de rien.
En plus je me faisait une joie de revoir un ami pas vu depuis 10 ans et on a dû reporter au 20 à cause de l'angine du petit... Le 20 c'est mon anniversaire... Ben je viens de voir aux infos qu'ils annoncent une grève à l'école...
ARRRRRRRRGGGGGGG !

M'en vais aller cogner sur quelques persos moi !
http://maisyenamarre.labrute.com

jeudi, novembre 06, 2008

Considérations génétiques et chirurgie destructrice...

La première chose qui me vient à l'esprit à propos de ce risque génétique c'est « je m'en serais bien passé »!

Peut être que c'est le premier réflexe, que c'est normal, l'envie de se boucher la vue...

Je me souviens d'un conversation, avec un proche, médecin, où il me disait qu'il ne comprenait pas l'attitude de patients qui, après l'annonce d'une maladie grave, disparaissent dans la nature et ne reviennent pas se faire soigner...

La PEUR !

C'est normal de fuir.

Pour autant ça n'a pas été mon attitude, mais je comprends ceux qui fuient. Je les comprends mais ils ont tort car en fuyant ils vont vers une mort certaine.

Encore que, nous sommes tous certains de mourir, évidemment, mais nous essayons de finir le plus tard possible et bizarrement espérons mourir « en bonne santé ».
Comme ces condamnés à mort qu'on retape avant l'injection mortelle.

Curieux.

Dès l'annonce de mon cancer j'ai pensé au risque génétique. Je savais que ma mère, ma tante, ma grande tante étaient passées par là... Après plus de recherches j'ai découvert 5 cas de cancer du sein dans ma famille, toutes ménauposées, plus un cas de cancer de la prostate. Je suis le septième cas... La première trentenaire...

Malheureusement pour moi (mais heureusement pour ma capacité de réaction), ce sont des choses que je comprends bien. Et malheureusement aussi je suis capable de comprendre que si il existe bien une prédisposition génétique, et puisque je suis le premier cas « jeune », dois-je craindre une aggravation de la mutation dans mon cas ?

J'ai eu le temps d'y penser...

Annonce de ma maladie en Octobre 2007... Dès le début je parle des cas dans ma famille... En janvier 2008 seulement on ACCEPTE que j'aille à la consultation génétique et on me donne le RDV pour Septembre 2008 !
En septembre on me prélève un peu de sang et on calcule une probabilité de risque génétique... à près de 80% le temps d'analyse des échantillons sanguins (le séquence génétique) et donc la réponse formelle dans 9 mois...

Donc quasiment 2 ans avant avant la réponse... C'est long, très long !.

Manque de personnel formé...
Manque de sous...
Manque d'écoute...

Mais en attendant moi je dois faire avec et prendre des décisions...

La première décision c'était évidemment de le faire, ce fameux test... Le faire pour pouvoir agir, pour montrer aux médecins l'importance du risque et être mieux soignée, pour qu'on m'entende enfin sur mon désir de prévention par la chirurgie...

Il y a une chose terrible qui m'a faite hésiter... C'est le poids de ce savoir génétique sur mes proches et sur mes enfants !

Supposons que le test soit positif...
Soit mes enfants devront porter le poids de l'angoisse des 50% de risque d'avoir eux-même le gène prédisposant au crabe, sans pouvoir savoir avant leur majorité, soit nous devrons vivre avec ce terrible secret pour essayer de leur préserver une enfance heureuse...
Sans doute un peu des deux.
Je ressens déjà à quel point tout cela est lourd à porter et je crains déjà que mes filles ne comprennent trop vite.
Mais d'un autre côté, ne pas faire le test et ne pas savoir c'est leur faire courir un risque important. A quel âge le cancer pourrait se développer si la mutation continuais de s'aggraver ? Existe t-il des cancers du sein chez les adolescentes ?
Et pour mes sœurs, et pour mes cousines, et pour ma mère, savoir ce que l'on affronte est important pour le combat de toutes. Les hommes aussi ne seront pas épargnés, en cas de mutation BRCA2 ils ont un petit accroissement du risque de cancer de la prostate...

Dans tous les cas je devrai gérer cette terrible culpabilité maternelle de transmettre potentiellement la terrible maladie à ceux que j'aime le plus au monde. C'est triste parce que ma Maman ressent elle même cette culpabilité stupide, elle me l'a dit, alors que moi je ne reporte pas du tout mon regard et mes angoisses sur elle, je suis juste triste que ma Maman chérie ait elle aussi à traverser de telles épreuves. Mes enfants penseront sans doute la même chose quand ils seront adultes.
En fait, je pense que cette culpabilité ne vient pas de l'accusation de nos enfants mais de ce que nous mettons dans notre rôle de mère... Et évidemment, donner à nos enfants le maximum de chances de vivre une belle et longue vie, cela cohabite mal avec la transmission d'un crabe...

Et l'autre culpabilité, celle de prendre le risque de les laisser orphelins... La peur de la mort, la peur de laisser des jeunes enfants sans mère...

Parce qu'il faut se hâter, le risque est là.

J'ai choisi de combattre, de mettre le maximum de chances de mon côté, je l'ai promis à ceux qui m'aiment. Je n'ai pas promis de survivre, j'ai promis de faire mon maximum pour...

Et là, on peut tourner le problème comme on veut, si on veut réellement diminuer le risque au maximum il n'y a que l'ablation de l'autre côté et des ovaires, PLUS la surveillance encore...

C'est compliqué parce qu'on peut retourner le problème dans tous les sens il faudra toujours prendre une décision sur un « risque », par essence quelque chose dont on n'a que des données statistiques donc pour laquelle on ne saura pas prédire si cela va se produire ou non pour un individu donné.
Il faut pourtant choisir une voie et admettre qu'on puisse se tromper et faire tout cela pour rien, soit parce que le cancer n'aurait jamais re-sonné à notre porte, soit parce que quel que soit la prévention il nous emporte quand même au final.
C'est un « risque », on ne sait pas, mais il faut décider...

J'ai pris la décision de demander l'ablation du sein restant SANS ATTENDRE les résultats du test génétique mais d'attendre ces résultats pour décider de l'attitude face au risque ovarien.

Pourquoi ?

Beaucoup de gens me l'ont demandé, certains m'ont encouragée, d'autres ont grincé des dents.

Pourquoi ?

Plusieurs niveaux de réponse.

D'abord, le risque. Même en imaginant que le test génétique revienne négatif, cela voudra dire que les deux mutations explorées ne sont pas présentes.
On n'explore que 2 chromosomes qui correspondent à 2 mutations, BRCA1 et BRCA2, connues pour être à l'origine de la majorité des cas génétiques.
Mais, avec 7 cas dans la même famille et un premier cancer de 8 cm à moins de 40 ans, une probabilité génétique de 80%, il est plus que raisonnable de penser qu'il y a « quelque chose ».
Avec mutation génétique BRCA, le risque de cancer avant 70 ans est de 40 à 85 %, le risque de cancer ovarien de 10 à 63%...
En l'absence de mutation du type BRCA, j'ignore la teneur exacte du risque.

Que ce quelque chose soit génétique (sur d'autres gènes) ou le résultat d'une exposition peu importe finalement pour cette décision là. Le risque de nouveau cancer est énorme.

Mais enfin, pourquoi réaliser une mutilation alors qu'il suffit de surveiller le sein et traiter si un nouveau cancer survient !?...
Que j'ai détesté cette question souvent clamée de façon péremptoire...

Je sors de l'enfer, un enfer fait de stress, peur, douleur, traitements, tristesse, regards de mes enfants, désintégration de ma vie... Ya qu'à y retourner ?
Je n'ai pas ce courage là!

Et puis je me sens « survivante », ou « en sursis » selon mon optimisme, j'ai l'impression d'une première bataille gagnée, d'une longue guerre qui s'annonce et je ne veux pas ouvrir un nouveau front. En d'autres mots, je ne veux pas tenter le diable une seconde fois...

Il y a un argument contre que l'on m'a tellement sorti que j'ai fini par me demander s'il arrivait vraiment à prendre le pas chez certains sur les questions de survie... c'est l'apparence physique.

Ahhhh oui, l'apparence physique.
Que sans seins une femme n'est pas une femme.
Que les hommes cessent de désirer les femmes après les mastectomies et s'enfuient.
Que les femmes ne peuvent plus supporter leur image.

Et de mettre cela en balance avec le gains de chances de vivre sans cancer...
Avec l'ablation du sein restant, le risque passerait autour de 5 à 8%... Inférieur à celui de la population générale... C'est loin d'être négligeable !

Chacun voit midi à sa porte, chaque femme concernée doit réfléchir et décider dans son âme et conscience.
Pour moi je refuse de mettre en balance mon apparence physique avec le gains de chances d'échapper à un retour du crabe...

Ma poitrine a servie à ce à quoi elle devait servir, à allaiter. J'ai allaité longtemps mes 3 enfants, j'en suis fière, j'ai le sentiment du devoir accompli. Pour moi cela a toujours été plus un organe d'alimentation de mes bébés qu'un objet sexuel. Ces choses là sont subjectives surtout chez la femme. Dans une certaine mesure c'est une chance pour moi que mes seins n'étaient pas totalement investis du rôle de l' »Objet sexuel » avec un grand « O », image que l'on voudrait bien nous vendre à tous les coins de rue.
Je parierais ma chemise que je ne suis pas la seule femme pour qui les seins ne sont pas très sexuels, mais je subis comme toutes le poids de la société de consommation pour qui le corps de la femme et ses attributs mammaires en particuliers sont des objets investis dans le but de vendre...
Mais par contre les hommes sont souvent très sensibles à ces attributs et leur plaire, (surtout à mon chum), reste un de mes soucis.

Mais oui, cette décision est douloureuse. Mais oui j'ai peur de me sentir encore plus moche. Mais oui, maintenant qu'on me l'a rabâché j'ai peur que mon corps ne puisse dégoûter mon homme et il a beaucoup à faire, le pauvre, pour me rassurer. J'ai aussi peur d'avoir mal.

On m'a proposé de faire une reconstruction en même temps.
J'ai vu des photos de reconstruction... C'est « gothique » pour le moins. Un changement de style dirons nous. J'ai trouvé cela moche. J'ai compris que ce serai douloureux et en plusieurs opérations, que le résultat n'était pas garantit que je me sentirais peut être mieux sans rien.

Mais je le ferai.
Pour mon homme pour le poids du regard de la société, pour mon regard sur mon corps...
Je ne ressens pas, en tous cas, l'idée de la reconstruction comme une « atténuation » du choc de la destruction de mes glandes mammaires. C'est une épreuve et une étape en plus.

La dernière épreuve sera ensuite, peut être, l'ovariectomie.
Elle est tellement porteuse d'effets secondaires, que le calcul bénéfices sur risques est impossible à faire sans la donnée génétique. Alors j'attends...

mardi, novembre 04, 2008

Rien à dire... et vous ?

En fait çela veut dire que je lutte contre la dépression à grands coups d'activités de tout poils. Que je m'occupe de ma famille surtout.

Que j'ai écrit puis effacé sans les publier plusieurs posts car il y a des choses trop lourdes pour être partagées avec vous.

Que j'ai besoin de rires et de gaieté.

D'ailleurs, infortuné lecteur qui passe, oui TOI qui pensait rester incognito aujourd'hui je ne te laisse pas repartir sans m'avoir un peu causé.

Si !

Tu dis ce que tu veux, ce que t'as mangé au dernier repas, si tu t'es coupé les ongles du pied gauche, si tu penses que l'univers est fini ou infini, si tu préfères le savon ou le gel douche, si tu crois toi aussi que Bruno Bettelheim a oublié d'analyser le pot de beurre, si tu t'épiles les sourcils, ce que tu penses de la théorie des Cordes, si ton (ta) chum est un peu pénible, si t'as toi aussi un peu du mal, parfois, à maîtriser ton cortex orbitofrontal...


---------------------------------------------------------------

Edit du 5/11: Mes félicitations aux Américains pour leur nouveau président B. Obama :-D

lundi, novembre 03, 2008

Des vacances à la maison


Ben voilà, maintenant c'est mon tour !
Mon Chum m'a trouvé la peau bien chaude ce matin, j'avais la tete lourde, le ventre douloureux, envie de vomir, mal au crane et mal à tous les muscles, le nez bouché.
Eh oui, je suis malaaaaade !

Mais mes puces s'occupent bien de leur Maman, ce matin on a fabriqué à 4 un immense parc animalier en légos et playmobiles, le Titi s'occupait du parking du parc et moi j'ai pu, après avoir lancé l'action, me REPOSER et les regarder jouer.
Sont mignons quand meme :-D

Bon aller le Titi fait sa sieste, je reprends un paracétamol et on continue les devoirs des puces, elles en ont une sacré liste !

Tiens à propos de devoirs, en guise de travail sur les coordonnées et le repérage spatial, nous avons sorti un jeux de bataille navalle et en guise de travail sur les pièces de monnaie on a joué à la marchande avec comme carotte si elles manipulent correctement l'argent d'introduire de l'argent de poche...

Amis lecteurs, donnez vous de l'argent de poche à vos mômes ?

Si oui, combien ? Que font-ils avec ?
Si non, pourquoi ?