jeudi, janvier 22, 2009

En ce moment à l'assemblée

Continuez a proposer dans le billet précédent, il restera toujours "ouvert" :-)

Je voulais juste relever que pendant que les Américains se sentent réunis autour de leur nouveau président, en France ça chauffe sérieusement à l'Assemblée nationale.

Il s'agit pour la majorité d'empêcher l'opposition de faire trainer un débat en proposant de multiples amendements. Pourtant c'est là le seul moyen qui existe pour l'opposition de se faire entendre. Tenir à la fois l'agenda et le chronomètre des discussions, limiter le droit à la parole de ceux qui ne sont pas d'accord, c'est effectivement un bon moyen de bâillonner les avis contraires.
Soit...
Mais alors pourquoi s'embarrasser encore d'une opposition en France ?

Ayez le courage de vos opinions messieurs (et les quelques dames) les députés, proposez la suppression des élus de l'opposition à l'Assemblée, ce sera tellement plus simple, rapide, décomplexé !
Aller je propose un amendement pour que les députés de l'opposition n'aient accès à l'assemblée que 10 fois dans l'année sans choisir les débats en cours lors de leur autorisation de présence hummmmm qu'en pensez vous pas mal non ?

Je suis curieuse, pour ne pas dire anxieuse vu le peu de liberté de nos journalistes de voir comment la presse va traiter ce sujet...

Au delà des préférences politiques, rappelez vous de Voltaire "JE NE PARTAGE PAS VOS IDEES MAIS JE ME BATTRAI JUSQU'A LA MORT POUR QUE VOUS PUISSIEZ LES EXPRIMER".

Voir ici les vidéos du "débat" à l'assemblée.
http://www.rue89.com/2009/01/21/la-marseillaise-dans-lhemicycle-ou-est-le-scandale

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50440

2 commentaires:

Moukmouk a dit…

L'opposition, c'est comme des journaux indépendants, votre grand président va réussir à la faire disparaitre.

Valérie de Haute Savoie a dit…

10 fois ? C'est pas un petit peu beaucoup ? Et si on utilisait le parlement comme discothèque pour pouvoir passer en boucle le disque de la première épidermiquement de gauche (il paraît qu'elle n'en est qu'à cent mille exemplaires la pôvre !)