mercredi, mai 20, 2009

Quelques questions sur le programme scolaire des CE1

Ah, de temps en temps, nous les parents utilisateurs de l’éducation nationale on se pose quelques questions sur les programmes. Et puis de temps en temps un débat animé sur le blog ça réveille les internautes !

L’année dernière, les jumelles étaient en CP, dans 2 classes différentes. Les classes étaient homogènes et, dixit les maîtresses, tous les enfants avaient acquis les bases de la lecture à la fin de l’année.
Cette année mes puces sont encore dans des classes différentes avec grosso modo les mêmes enfants que l’année passée.

Eh bien les classes sont devenues in-homogènes avec un gros groupe qui décroche et un petit groupe qui aimerait bien galoper au devant de la connaissance mais est copieusement freiné par la situation.
A la fin du CE1, ma puce qui est une fan inconditionnelle de “la cabane magique” en est à la lecture du tomme 26 et nous devons faire les gros yeux pour qu’elle lâche son livre le soir, par contre nombre de ses camarades en sont encore au déchiffrage.

J’essaye d’analyser ce qui s’est passé. Je connais ces enfants, ils sont tous normaux et intelligents, quasiment tous les parents ont à cœur qu’ils réussissent à l’école, alors ?

Je jette déjà un coup d’œil sur les programmes et le fonctionnement de l’école.
Les programmes se sont alourdis et le nombre d’heures a diminué, au profit de cette farce de rattrapage des élèves en difficulté qui sont “punis” avec la maîtresse pendant que les autres vont jouer...
Donc les enfants vont devoir apprendre plus de choses en moins de temps... A moins que ?
A moins que les enseignants ne fassent rattraper à la maison ce qu’ils n’ont pas le temps de faire à l’école.
Et c’est le cas pour mes deux filles, elles sont harassées de devoirs chaque soir, les leçons soit disant à “réviser” sont en réalité à apprendre et nombre de fois nous devons, leur père ou moi, nous transformer en enseignant pour faire comprendre à nos enfants des notions fondamentales (grammaire, calcul, logique) qui n’ont été que survolées à l’école.
Évidemment depuis que je suis malade, je suis là tous les jours à la sortie des classes (ou une grand-mère quand j’étais à l’hôpital) et le mercredi ainsi que les samedi et dimanche, j'ai donc le temps de vérifier les apprentissages de mes enfants.
Première constatation, ce sont les enfants dont les parents travaillent et ne peuvent pas être là à 16h30 et le mercredi qui décrochent le plus...

Cela me dérange beaucoup, je ne suis pas contente d’être privilégiée, je suis horrifiée de ce système.

Là dessus je regardes les programmes eux même. A côté des fondamentaux, comme la grammaire, la lecture, l’orthographe, le calcul on voit des choses qui me paraissent étranges...

“Apprendre à reconnaître et manipuler l’argent”... Moi qui ai vécu en Afrique dans un endroit où les analphabètes étaient légion, je n’ai JAMAIS vu personne (sauf les attardés mentaux) qui ne sache pas utiliser l’argent...
J’en conclue donc que c’est une chose inutile à apprendre à l’école à 7 ans.

Idem pour lire l’heure. En réalité cela à été un plaisir pour nous de leur apprendre nous même avec comme carotte la jolie montre au poignet quand elles sauraient lire l’heure... Elles l’ont depuis 2 ans déjà et bon nombre de parents ont fait de même. Cette année nous avons découvert que c’était au programme scolaire et espéré ne pas nous faire pourrir par les enseignants pour avoir osé leur apprendre nous même...

Autre apprentissage étrange “apprendre à lire la température sur un thermomètre à mercure ou alcool”... Ils ont passé beaucoup de temps dessus, les enfants avaient du mal à comprendre. J’ai fouillé toute ma maison à le recherche d’un de ces engins, j’ai fini par trouver un vieux thermomètre pour mesurer l’eau du bain des bébés. Tous les autres thermomètres de la maison sont digitaux, l’heure s’y affiche directement après le petit bip...
A qui cela sert-il ?

Mon chum à une théorie là dessus que je vous livre car je l’ai trouvée intéressante et cela vaudrait la peine d’être vérifié.
La France aurait eu des résultats médiocres aux tests internationaux sur les niveaux scolaires, ors ces tests incluraient des question de compétences générales (comme lire l’heure, le thermomètre et l’argent) plus faciles à comparer d’un pays à l’autre... donc on apprendrait ces trucs là aux enfants pour remonter notre score aux tests évaluant le niveau scolaire... Ceux qui savent nous diront ce qu'il en est SVP.

Cerise sur le gâteau, quand mes puces ont fini elles font des coloriages magiques... C’était probablement intéressant au début mais après des centaines de ces coloriages elles ne peuvent plus les voir en couleur et je les comprends !

Rahhh là là, ami lecteur/trice, avant de me pourrir pour cette critique éhontée de notre beau système, prends en compte que je suis la première à défendre les enseignants et l’école laïque et que se poser des questions sur quels apprentissages doivent se faire à l’école n’est pas à priori une mauvaise chose ;-)

---------------------------------------------------------------------------------
Edit sur l'actualité, ça a rien à voir avec le sujet mais ça défoule... A propos des flics embarquant au poste durant 2h des très jeunes enfants (un gamin en maternelle bon sang), juste pour dire que je suis rassurée, merci, merci "celui dont il ne faut pas prononcer le nom et son équipe" maintenant je sais que si mon fils perd son doudou à la maternelle je pourrais faire envoyer le GIGN !

31 commentaires:

stef a dit…

Oh la la, vaste sujet !
Voilà mes petites réflexions (mais du Québec, ça vaut ce que ça vaut) :
- l'an dernier, la belette était, en 1e année donc le CP, dans une classe semblable à celles de tes puces : je me transformais en prof le soir pour enseigner à la miss ce qui aurait dû l'être en classe. Épuisant pour tout le monde. Le pb était un manque de ressources à la disposition de la prof qui, débordée, ne gérait que ce qu'elle pouvait. Nous avons déménagé, changé la miss d'école et oh miracle, ça roule (la nouvelle école dispose de ressources pédagogiques et humaines très appréciables). Pourtant, il s'agit bien de 2 écoles publiques mais l'une a su demander et obtenir des aides que l'autre n'a pas ou plus à sa disposition.
- le programme en tant que tel : je ne sais pas s'il est si inapproprié de voir l'heure, la lecture d'un thermomètre, etc. car tout en traitant de divers sujets (initiation aux sciences naturelles, à la physique, ...) cela permet l'acquisition de connaissances de base que nombre d'enfants ne possèdent pas. Ici aussi, la miss les voit en classe.
- Pour ce qui est du coloriage, pareil ; mais heureusement, ceux et celles qui le veulent peuvent amener un livre à lire.

Je vois que tu te poses les mêmes questions que nous ici sur la qualité de l'enseignement. Sans tout dénigré, il faut reconnaître que l'organisation scolaire paraît parfois bancale : manque de ressources, de communication, désengagement de certains parents, ... Souvent ce qui fait la différence est la direction. Les profs sont bons mais ils ne peuvent répondre aux multiples défis qu'on leur demande de relever.
Ouf, j'ai fait un long ... dsl.

cahuette a dit…

bien , vaste sujet
je vais compare avec maxime qui a l'age de tes filles, au debut il etait a l'ecole marocaine ou il a appris a dechiffrer les lettres
en rentrant en france en moyenne section on lui a dit que c'etait trop tot, il est donc retourne aux coloriages
en arrivant ici en grande section , il a reappris l'alphabet

il est en seconde grade donc en ce2 si je crois bien, a l'ecole ils utilisent nombre de photocopies, il a appris l'heure, et comme tes filles le programme sur l'argent a ete fait, a mon grand desespoir car je me perds avec les cents, dime, pence etc...
il a appris les cms , metre, litres etc alors qu'on ne les utilisent pas dans la pratique

il a chaque soir , 1 devoir de math, d'ecriture et doit lire 10mn

c'est tout,

je suis assez satisfaite moi de l'ecole ricaine, il apprend des choses, elle est ouverte sur les autres ,le monde, l'actualite etc...

au pire , je trouve qu'il n'y a pas assez de sorties dans la nature , les musees etc....

je me transforme en prof , moi , mais c'est pour lui apprendre a lire en francais...et il faudrait que je lui en apprenne la grammaire....

sissi a dit…

Je me tais tant le debat peut-etre long et mon avis biase de par notre experience d'ex ecole a la maison plus tous les merveilleux gens rencontres, les livres lus, les conferences, etc...
Je te conseille vivement de lire
Dumbing us down de John Taylor Gatto et Ivan Illich Deschooling Society, ce n'est pas forcement des livres anti-ecole puisque Gatto fut recompense comme l'un des meilleurs educateurs de son temps, mais plus une reflexion sur ce systeme d'instruction a taille unique et ce dogme de "compulsive schooling" bien enfonce dans nos tetes...
Tous les enfants n'apprennent pas a marcher a 1 an pile, pourquoi penser qu'il en est de meme pour la lecture et cette stigmatisation Tu liras a 7 ans, ca n'a rien a voir avec l'intelligence juste le developpement cognitif different d'un enfant a l'autre...

Maintenant si tu me dis que tu fais toi meme l'ecole a tes filles quand elles viennent de passer 8 heures sur un banc de classe, franchement ca me desole et je me dis que l'ecole en France va encore plus mal que je ne le croyais...

Tili a dit…

Oui Sissi, moi aussi ça m'horrifie que les enfants doivent encore travailler à l'heure où il serait légitime qu'ils se détendent, des fois il y en a pour 1 heure de travail supplémentaire le soir, le week-end ça peut être 2 voir 3 heures de travail... Aujourd'hui elles ont travaillé 1h30 et il en reste pour demain... J'essaye au maximum de faire des choses ludiques mais je n'y arrive pas toujours et je suis moi même souvent fatiguée.

Sissi a dit…

Je n'en reviens pas et je les plains, leur cerveau doit etre sature complet...
C'est beaucoup trop, ici mes garcons ont a tout casser 10 minutes de devoirs et des choses faciles comme un peu de lecture ou ecriture (en plus il n'y a pas ecole les a.m!) ma fille un peu plus mais pas tant que ca malgre le college.
3 heures de devoirs le week end, 1 h30 le soir, je suis outree...
Je ne sais plus quel pays du Nord, y'a pas de devoirs, un autre pays du Nord y'a pas de notes et pas de redoublement, pourtant les pays scandinaves sont loin d'etre les derniers en ce qui concerne l'education et le bon niveau des eleves...
Bon si je reviens en France, on redevient homeschoolers, je tiens a leur bonne education ;-) ok je provoque mais je le pense vraiment...

cahuette a dit…

oh ca m'horrifie de voir le nombre d'heures passees aux devoirs, elles doivent etre crevees

c'est vrai qu'ici , je trouve que l'ecole est tres bien !!

Katy a dit…

La cabane magique ! C'est avec grand intérêt qu'Albane a lu tous les tomes... Elle est très attachée à ses livres, du coup, on a tout emporté jusqu'ici-)

Louve a dit…

Oui, vaste débat...
Je ne suis pas choquée par le fait d'apprendre à lire la température sur un thermomètre, par exemple, à l'âge de tes princesses. Et j'ignore si les notions nouvellement ciblées le sont en fonction des tests internationaux. Bigre, c'est peu avouable, mais au final, je trouve que toutes les connaissances sont utiles...
Les 2 premières classes (cycle enfantine, ici en Suisse) se sont passées dans l'allégresse, pour nous. Mes deux garçons étaient dans la même classe, avec une enseignante géniale, qui a pris sa retraite cette année mais n'était nullement blasée par ses années d'enseignement. Courses d'école de 3 jours dès la 1ère année, cours d'histoire naturelle sur le terrain, etc. Et une implication que nous regretterons sans doute durant toute leur scolarité :o(. Cette année, à 7 ans 1/2, ils ont des devoirs et ON LA PILE !!! Certains jours, c'est correct, lecture/écriture/calculs. Et d'autres jours, c'est l'enfer. Maxime se décourage avant d'essayer (ok, tous les enfants ne réagissent pas pareil) et pleure sur son lit. L'autre jour, j'ai passé 1h30 à les aider dans leurs devoirs. J'étais complètement KO, je bosse à 80% et le soir, je suis d'accord d'être présente, mais je ne suis pas à 100% de ma patience... Idem pour le papa, qui bosse aussi à 80%.

Courage aux parents investits

chumtili a dit…

Pour le thermomètre, je pense qu'il est bon d'apprendre à lire des échelles graduées, le seul problème est que le type de thermomètre représenté dans les livres de classe n'existe plus depuis longtemps, et n'est donc pas un support concret pour les enfants.
Ca me rappelle un exercice de CP où il fallait dire si le mot représenté par une image contenait la lettre T. Les filles ont eu faux au mot téléphone, illustré par un téléphone à cadran. Elles ignoraient ce que c'était.

En ce qui concerne les devoirs, officiellement, comme pour les pays d'Europe du Nord, il n'y a plus de devoirs en France. Juste des "révisions" et des "leçons". Mais diminution des horaires oblige, la seule façon que les enseignants semblent avoir trouvé pour boucler le programme, c'est d'en faire faire une bonne partie à la maison.

En ce qui concerne l'apprentissage de la monnaie, je pense que non-seulement c'est inutile, mais que c'est même néfaste à l'apprentissage du calcul.
Contrairement au thermomètre qui dure une leçon, l'apprentissage de la monnaie dure des mois, et donc prend la place d'autres apprentissages. D'une part à 7 ans, ce n'est pas utile, d'autre part, les billets et pièces qu'ils apprennent n'existaient pas quand ils sont nés, et n'existeront sans doute plus quand ils seront adultes. Les exercices genre "connaître tous les billets", je crois bien que la plupart des adultes échoueraient. Même les analphabètes savent utiliser l'argent. Et surtout, les mécanismes non-décimaux de manipulation de l'argent, me paraissent interférer avec l'apprentissage des additions, soustractions, multiplications, qui eux sont fondamentaux (Ca, les analphabètes ne savent pas le faire).

Le classement PISA a donné le premier rang à la Finlande, et pourtant, les professeurs d'université finlandais, disent que le niveau des étudiants est catastrophique.
Grosso-modo, ils disent qu'apprendre à l'école les connaissances de la vie de tous les jours (celles que l'on apprendrait de toutes façons), ne permet pas de former des futurs ingénieurs.
Bref, ils souhaitent que la Finlande ne reste pas première au classement de PISA.

stef a dit…

Ici, 5 à 10 min par soir pour
1) lecture
2) mots à réviser (orthographe)
3) maths (calculs)

Une question au Chum de Tili : quels indicateurs faudrait-il prendre, selon toi, pour que le classement PISA soit valable ? L'école n'a pas vocation à former juste des ingénieurs mais des personnes autonomes qui savent se débrouiller dans la vie de tous jours. En revanche, je suis d'accord avec toi que certaines méthodes sont vieillottes et inappropriées.

cahuette a dit…

une chose etrange
si les profs sont debordes, est ce par manque d'organisation ? de programme trop lourd ( il faudrait comparer avec d'autres pays )

les horaires sont lourds par rapport a ici 9h/15h
mais ici il y a moins de vacances

peut etre faudrait il diminuer les vacances pour alleger les horaires ...
je ne sais pas a qui revient la faute ...mais il me semble que travailler 2h par jours est franchement pas normal

Guilitti a dit…

j'angoisse à l'entrée de ma puce au CP l'an prochain, et le retour des corvées : avec titi1er (il y a 10ans) c'était 1/2h voire 3/4d'h de négociation, persuasion fachage etc pour qu'il daigne se mettre aux devoirs, et 10min à tout casser pour lesdits devoirs = lecture + 3-4 mots à réécrire.

Pour le thermomètre : la visualisation verticale me parait très formatrice, et quand les élèves l'ont , l'arrivée des nb négatifs est plus facile à digérer.. (-5) + 2 = ???? , hop, ils voient tout de suite que ça fait -3, un peu plus chaud que -5.
Et c'est la seule échelle pratique à la portée de tous.

vivement a dit…

Mon avis d'instit :
De moins en moins d'heures d'école et de plus en plus de choses à faire, comme l'histoire de l'art, l'anglais, la musique, l'informatique et j'en passe !
Je crois vraiment que si on revenait aux bases, les enfants seraient moins fatigués, il y aurait moins d'echec scolaire et de differences entre les enfants !
et puis, allez, je vais me faire tuer, mais, la formation des profs d'école est nulle ! On complique tout, on part du vécu des enfants, on analyse pourquoi il y a echec scolaire... et puis finalement, le niveau baisse de plus en plus !
Je crois qu'avant tout faudrait peut-être réaliser qu'on a affaire à des enfants . Enfin...

chum_de_Tili a dit…

Bonjour,

Stef: je ne crois pas qu'on puisse faire un classement avec 1 seul chiffre, qui soit valable. Les décideurs aiment bien tout classer avec 1 seule note. C'est pratique: on est 1er, 2e, 50e,... mais en quoi ?
C'est comme le QI, ça ne mesure pas l'intelligence, ça mesure juste le QI.
Il n'y aura jamais de classement idéal. Ce qu'il faut c'est prendre en compte les spécificité de chaque pays, mais ça c'est difficile pour les décideurs.

Pour l'apprentissage de la monnaie, à un moment une de nos filles avait interverti la convention, en gros elle croyait que 100 euros=1 centime.
Bon, c'est juste une petite inversion, qui nous paraît énorme à nous qui connaissons la valeur de l'argent. Mais pour un enfant de 7 ans, qui n'a aucune notion de ce que coûtent les choses, c'est juste une convention arbitraire et abstraite. C’est juste un exemple pour dire qu’il s’agit d’une convention, au moment où il est crucial que les enfants maîtrisent parfaitement les nombres et le système décimal, pourquoi les embrouiller avec l’argent, qui ne se manipule pas de façon décimale, cette année là justement ?

Certes l'école ne doit pas former que des ingénieurs, mais elle doit en former aussi, sinon quel avenir pour le pays ? Et là on parle de l’école primaire, des apprentissages fondamentaux, peut on se permettre de faire en sorte que le niveau soit si bas que presque aucun enfant ne pourra devenir ingénieur ?
A l’heure actuelle, pourtant, j’en vois déjà les résultats, le niveau des étudiants en 1ere ou 2e de maths à l’université est anormalement bas, ils ne comprennent pas pour certains les bases de la logique ! Ceci dit, ça n’est pas en France que j’ai vu le pire.
Au Canada, pourtant nettement mieux classé que la France dans PISA, de nombreux étudiants en première année de maths, ne savaient pas additionner deux fractions.

Je souhaiterais que l'école ait une valeur ajoutée par rapport aux apprentissages qui se font même sans école. Pour l’argent, je ne connais personne (et j'ai vécu dans de nombreux pays à très faible taux de scolarisation), qui ne sache pas utiliser la monnaie. Moi même, je ne l'ai jamais appris à l'école, je l'ai appris tout seul comme un grand dès que j'ai du sortir mon porte-monnaie. Heureusement, j'avais appris à compter à l'école.

Dans la logique d’une école qui n'apprendrait que les apprentissages permettant d'être autonome ne risquerait-on pas d’éliminer les choses non nécessaires comme la littérature (par exemple la princesse de Clèves), l'histoire, la géographie, la physique en seconde, cela servirait à quoi ?
Je pense que être autonome ça s'apprend dans la vie de tous les jours, avec ses parents surtout.
Par contre la culture c'est ce qu'on apprend en plus.
La culture est bien sur spécifique à chaque pays, donc peu prise en compte dans les classements internationaux comme PISA.
Cordialement.

Tili a dit…

Aaaaah, le débat fait rage ! :-)

Oui, Stef, cahuette, Louve, Guilitti, Vivement, et mon Chum, il semblerait que dans ces petites classes les enfants ont trop de travail et oui nous aimerions revenir aux apprentissages fondamentaux.
Mais le problème me semble d’arriver à définir que sont ces apprentissages que nous jugerions nécessaire à nos enfants d'acquérir à 6-7-8 ou 9 ans !?
Fondamentaux ? Pour qu’ils soient autonomes ? Cela veut dire quoi au juste, cela ne représente t-il pas des choses différentes pour chacun d’entre nous ?
L’anglais, par exemple, moi je militerais pour qu’il soit parlé dès la maternelle ! Tant on sait que la plasticité cérébrale est limitée aux très jeunes années. L’idéal serait même de parler plusieurs langues aux enfants dès leur naissance de façon à développer leur aires (corticales) de langage...

Je gages que c’est pour cela qu’on à inventé PISA, pour définir un niveau “mondial”, des acquis “globaux”...
Mais cela ne corresponds pas aux différentes cultures et au final mon impression c’est que pour “briller” à un test on enseigne des choses inutiles puisque correspondant aux apprentissages “naturels”, sauf qu’on les fait à un âge où il n’est pas logique qu’un enfant les ait déjà rencontré, donc on le force et on le gave.

On sait bien que la performance à un test va dépendre d’un effet d'entraînement. Alors moi, si j’étais un politique ayant envie d’être réélu, je ferais en sortes que les enfants s'entraînent aux réponses du test puis je dirais à la population “voyez, avant moi le niveau était mauvais et grâce à mes réformes il s’est amélioré!”.

Mais je ne suis pas une femme politique et en tant que parent je m’interroge sur ce que doivent apprendre mes enfants et les raisons pour lesquelles elles ne peuvent pas aller jouer après une journée d’école...

Louve a dit…

Alors, si je pouvais choisir la grille des "fondamentaux" que mes garçons de 7 ans 1/2 devraient apprendre, je dirais la lecture, l'écriture, le calcul, la géographie et l'histoire (à leur échelle, hein), l'environnement (voire, plus large, les sciences), l'anglais et l'allemand, la musique, le dessin, etc. Bref, ça fait peut-être un peu trop, évidemment :o), mais j'aime bien le côté humaniste de l'école, apprendre un peu de tout. Les enfants sont assez autonomes, curieux, et comme tu le dis, Tili, leur cerveau est plastique. Donc, sans faire du gavage, je trouve bien de leur proposer différentes choses, qui seront creusées ou abandonnées par la suite.

stef a dit…

En fait, je crois que plus encore c'est de la mission même de l'école dont il faudrait parler. Et alors là, le sujet est immense.

Poun a dit…

Ahh les programmes ! S'ils pouvaient un peu arrêter de changer tous les quatre matin déjà (3 en 13 ans).
Pour ce qui est de l'apprentissage e la monnaie, j'étais en stage avec des CP en mars, et on a travaillé dessus (le thermomètre aussi d'ailleurs). bon c'est que mon expérience mais ça m'a pas semblé inutile ! Il est vrai que pas mal maitrisaient déjà assez bien (sans entrer dans les centimes), la difficulté a été de comprendre que beaucoup de pièces, c'est pas forcément beaucoup d'argent...en gros, on leur a appris à compter non pas en quantité de pièces mais avec la valeur de chaque pièce. Plusieurs ont eu du mal, et ça devra être repris. On apprend pas ça en un jour.
Pour lire l'heure, au cours d'un autre stage, avec des CE2, j'ai pu voir que nombreux sont ceux qui avaient encore des difficultés à bien lire l'heure.
Donc oui ça peut paraitre étrange, oui il y a des choses plus importantes, mais il faut jongler avec des élèves qui n'apprennent pas tous à la même vitesse, et comme tu l'as dit, des programmes chargés tandis que les heures ont diminuées.

Enfin bref, c'est un débat qui n'est pas près de s'arrêter, mais qui permet de poser de bonnes questions !

Ps : et il est vrai que ce rapport PISA n'a pas bien plus au ministère...

cafe noir a dit…

Bonjour
Je suis d'accord avec "vivement". Il faudrait leur apprendre les choses basiques. Mon fils est en CP, ouf la maitresse a utilisé la méthode syllabique. Pour les maths, c'est pas toujours évident : les calculs simples oui mais dans son cahier, il y a des exercices de géométrie aboslument abstraits. Comment un enfant peut il les comprendre. Quant aux devoir, il en a tous les jours, pour un maximum de 15 mn. Ca permet aux parents de suivre l'évolution de l'enfant, de voir où il rencontre des difficultés et de les travailler avec lui. 'est sur, il faut s'investir mais n'est c epa le rôle de parents ?

Fauvette a dit…

J'ai un peu décroché des programmes scolaires (ma fille est grande maintenant, et a fini ses études !) mais c'est vrai parfois on s'est posé des questions.

vivement a dit…

Tili, quand tu dis :"L’anglais, par exemple, moi je militerais pour qu’il soit parlé dès la maternelle !", c'est certain que dans l'absolu, cela devrait être bien d'apprendre à parler l'anglais en maternelle ! Sauf que, avec notre système scolaire sans argent, c'est déjà très difficile d'avoir des intervenants en anglais du CE2 au CM2, tous les ans c'est une vraie galère, on ne sait jamais si on aura des profs ! Et puis, quand ce sont les instits qui assurent l'initiation à l'Anglais, les profs de collège sont furieux, car les enfants arrivent avec des défauts de prononciation qu'il faut corriger ensuite ! Et puis, l'anglais dès la maternelle c'est bien, mais , il y a des enfants qui arrivent en maternelle sans savoir parler le français, on a eu un cas cette année, le petit ne comprenait pas un mot, alors ! Sans parler du manque de vocabulaire des enfants !
Moi, je voudrais qu'on arrête de faire les choses à moitié . je crois qu'il vaut mieux ne pas faire les choses, plutôt que de les faire mal ! Il faudrait se reconcentrer sur ce qui est possible à faire avec l'argent dont on dispose et le faire bien , c'est tout !

stef a dit…

D'accord avec toi vivement pour ce qui est de faire avec ce qui est disponible.
Pour ce qui est de l'anglais dès la maternelle, je ne suis pas forcément pour mais une langue étrangère ou une langue régionale en plus oui, l'anglais à tous les coups non.

Tili a dit…

Bien d'accord sur le fond qui est qu'il faudrait au contraire donner un maximum de moyens à l'école au lieu de précariser l'enseignement!

Mais je reste sur mon point de vue qui est issue des connaissances sur le fonctionnement cérébral, il vaudrait mieux mettre plus de ces moyens à la maternelle pour que nos enfants y rencontrent au moins une langue étrangère (je t'ai entendu stef ;-)), ce qui à cet âge va développer la zone du langage (et encore c'est déjà un peu tard moi l'effort sur les langues je l'ai fait dans les 2 premières années de vie de mes enfants). C'est seulement à ce moment là que cela leur donnera des facilités pour les langues et même des facilitée à acquérir une 3 ème ou plus langue...

Pour les enfants qui arrivent sans parler français, il y a des pays où on a créé des intervenants qui leur permettent une adaptation plus en douceur, mais en France on ne veut surtout pas mettre d'argent là dedans...

Bon crions ensemble, "une école de qualité à forcément besoin de moyens !!!" ;-)

cahuette a dit…

trop la tete en l'air , je voulais t'envoyer des photos de floride pour le concours, mais j'ai oubliee le cable pour l'ordi
j'essaye de les mettre avec le cable du telephone...au pire
enleves moi des participants....
bises de palm beach sous la tempete tropicale...

vivement a dit…

Quand je parle des enfants qui arrivent à l'école en ne parlant pas le Français, je parle des enfants qui sont élevés avec leur maman qui ne fait pas l'effort d'apprendre à parler Français alors qu'elle est en France depuis des années ! On a plusieurs familles comme ça à l'école . Ce ne sont pas des arrivants mais des gens qui ne cherchent pas à s'intégrer. Ils mettent les enfants à l'école quand ça leur chante . Quand les petits arrivent à la maternelle ils font des yeux ronds car ils ne comprennent pas du tout ce qu'on leur dit !

Louve a dit…

J'aimerais bien parler une langue étrangère "naturellement" et ainsi l'avoir instillée à mes enfants, mais les langues étrangères (anglais/allemand) que j'ai apprises à l'école sont des langues secondaires que je ne peux pas transmettre de façon naturelle, même si j'ai d'assez bonnes connaissances. Je suis également "pour" l'anglais et/ou l'allemand (l'une venant après l'autre, de toute façon) - je vis en Suisse - rapidement. Je crois qu'ici (ça change tout le temps), l'anglais est enseigné en 3P, ce qui signifie vers les 9 ans environ. C'est trop tard, même si c'est mieux que rien... Les langues, c'est irrattrapable, ou du moins ça demandera des efforts surhumains par la suite, alors que durant les premières années d'école, ça s'imprime beaucoup plus facilement.

Je vote POUR les langues étrangères !

Quant aux autres matières, à y bien réfléchir, vous avez raison, les bases (français, maths etc.) sont nécessaires et doivent être solides. Mais j'ai du mal à concevoir une scolarité sans matières plus artistiques, par exemple, sachant que les parents ne peuvent/veulent pas toujours inscrire leurs enfants à des activités parascolaires, ou les emmener assister à des concerts/voire des expos etc. Pas d'éveil à l'art, pour moi, c'est vraiment dommage. Je comprends bien qu'on demande toujours plus aux enseignants. Mais je serais pour des interventions plus ponctuelles d'enseignants qui maîtrisent ces autres matières et se déplaceraient d'école en école. Utopique ?

Tili, j'ai commandé quelques exemplaires de la cabane magique sur amazon, pardon pour le plagiat, mais tant qu'à essayer une nouvelle série, autant que ce soit pas complètement par hasard :o)

cahuette a dit…

je reviens sur l'ecole us
nous sommes dans le new jersey, il y a ecole de 9h a 15h
comme il y a beaucoup d'etrangers , en majorite asiatiques qui arrivent pour travailler a new york, dans les ecoles il ya une classe d'ESL, c'est a dire que chaque enfant etranger va 1h par jour dans une classe speciale pour apprendre les bases d'anglais et ce durant 8 ans .
mon fils en est a sa 3eme annee

de plus chaque jour il y a une activite faite avec un prof , ainsi le lundi c'est gym, mardi dessin, mercredi musique, jeudi biblio, vendredi gym et tout ca avec un prof different

les us mettent bcp de moyens dans les ecoles

IsabelleDeLyon a dit…

Ma fille est en CE1 et je trouve aussi que le programme est trop lourd pour 4 jours par semaine. Les enfants n'arrêtent pas d'apprendre mais pas le temps de réviser ce qu'ils viennent d'apprendre.
Je lui concocte donc des exercices de révision sur ce que je n'estime pas acquis et ces piqures de rappel lui font le plus grand bien sinon en fin d'année, il y aurait pas mal de connaissances passées aux oubliettes.
J'essaye aussi de soulager les soirées en semaine au détriment des week-end et vacances où je la fais bosser dès la fin du petit déjeuner. Après une journée d'école, je trouve ça super lourd de leur coller des devoirs et pourtant c'est indispensable pour lui permettre de revoir tranquillement ce qu'elle a appris et pour bien le mémoriser.
Et encore le problème numéro un en ce moment est le remplacement. il n'y a plus de remplaçants, les instits n'ont plus le droit de suivre des formations ou de se faire opérer. Je suis responsable fcpe de l'école et nous sommes obligées de recourir à des menaces pour avoir nos remplaçants. Je suis énervée par ce manque de moyens qui se fait au détriment des apprentissages de nos enfants. Si les parents ne peuvent pas suppléer ce manque de moyens chez eux, les enfants vont vite décrocher. A la rentrée, je les mets en privé, ça ne changera rien au problème, mais militer ne fera pas changer les choses pour mes filles, pour plus tard mais pas pour maintenant. Au moins elles auront des moyens pour apprendre convenablement, moyen pris dans mon portefeuille alors que je paie déjà comme tout imposable pour une école laïque et de qualité. La qualité des enseignants est là mais les moyens pour apprendre convenablement peinent, sans parler des effectifs.
Au fait cette semaine, les ce1 sont évalués partout en France et les parents auront les résultats en juin.

Tili a dit…

Isabelle, c'est triste d'en arrviver à quitter l'Ecole Laïque nationale par peur des conséquences du manque de moyens pour nos enfants :-(
J'aimerais qu'il y ait d'autres solutions...

Mes puces m'ont dit qu'elles passaient les évaluations nationales, j'ai répondu en souriant que c'est bien si elles prennent du plaisir à faire ces évaluations, si les questions sont intéressantes... Je suis contre le fait de baser la perception du niveau d'un élève sur une seule évaluation, il me semble que c'est fait pour donner des réponses statistiques... Mais j'imagine que recevoir ces résultats va en stresser plus d'un.
Ah là là...

IsabelleDeLyon a dit…

Et la crainte des enseignants est surtout que ça permette de classer les écoles puisque les résultats seront officiels.

En attendant j'ai récupéré des dictées pour ce1 sur internet, histoire d'arriver à inculquer à ma fille qu'il faut se poser des questions sur les mots pour les écrire sans faute en n'oubliant pas les accords.

Anonyme a dit…

Jeune enseignante, j'ai des CM qui ont un niveau de CE1. Et j'avoue, je me perds dans ce programme trop lourd, où l'on doit faire trop de choses et où les enfants N'ONT PAS le temps de comprendre, c'est un comble. De plus, les enseignants néo-titulaire comme moi, sont suivis par des conseillers pédagogiques qui VÉRIFIENT programme en main, que l'on restent dans le "respect" de ce vaste programme. Alors qu'on m'explique comment faire comprendre à des enfants les compléments, les COD, COI, COS quand ils ne maîtrisent pas encore la phrase, le verbe, le nom , ........ .
J'essaie mais je dois avouer que je ne sais pas si je vais terminer mon programme car il me semble important avant d'aller plus loin de s'assurer que les enfants ont acquis certaines notions essentielles.
De plus, l'on se retrouve avec des enseignements de plus en plus nombreux, important je suis d'accord mais il faut être réalistes , les enseignants ne peuvent pas tout faire : Français, mathématiques, expression orale et écrite, l'éducation au développement durable, l'informatique ( avec prévention des risques liés à internet), les nouvelles technologies, les sciences, l'histoire, la géographie, le sport, la culture, les arts, l'histoire des arts, la musique, la prévention des conduites à risques, éducation civique ( les bonnes manières , les symboles de la république, le savoir-vivre, le respect de soi et des autres).
On doit être enseignant mais on se voit aussi attribuer les responsabilités des gendarmes, des parents, des associations.
Et tout ça avec des heures en moins.