vendredi, juillet 17, 2009

Le désastre...

Un petit garçon de 7 ans, qui a moins d’une semaine à vivre...
Je suis horrifiée, comme vous sans doutes. Je pense à lui, ses parents, ses amis, au drame individuel. Je serre contre mon cœur mes propres enfants et j'ai peur pour eux.

Savez vous que depuis 30 ans, les cancers chez l’enfant sont en augmentation constante, de environ 1,5 % tous les ans ? Ce qui fait que à présent c’est la deuxième cause de mortalité des enfants après les accidents.

Les études se multiplient, on recherche les causes de cette augmentation. Très difficile de trouver un lien direct avec une pollution particulière, tant le problème réside dans les poly-expositions.
J’ai tout de même trouvé ce passionnant article (pour ceux qui lisent l’anglais), un lien avec l’agriculture intensive...

A côté de cela, ceux qui devraient nous protéger, l'autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) favorisent les multinationales en laissant s'opérer une sous-évaluation systématique des pollutions et des procédés douteux sur un plan scientifique et en permettant que les données soient confidentielles, ce qui empêche la vérification par d'autre (des vrais) scientifiques. A lire absolument (mais en anglais) un article publié par des vrais scientifiques sur ce sujet, ici.
Le problème est sans doutes mondial, mais il est éclatant à la commission européenne qui fonctionne avec pas moins de 15000 lobbyistes professionnels...

Mais je suis révoltée. Nos enfants sont malades, leur espérance de vie sera sans doute moins bonne que la notre, et nous sommes là, à regarder ce désastre, nous ne nous révoltons pas. Nous nous sentons impuissants.
Sommes nous tous en train de penser que le peuple a perdu la bataille, que la démocratie serait moribonde et le pouvoir au main des princes marchands?
Que pensez vous, vous mes gentils lecteurs, au fond de vous ?


PS. J'active la modération des messages car depuis quelques temps nous sommes de plus en plus pollués.

6 commentaires:

Plume a dit…

Tout cela est tellement angoissant Tili.
L'été dernier, en discutant avec différentes personnes j'ai eu deux exemple effrayant d'autruche (même si je pense que nous le sommes tous un peu, certains plus que d'autres):
- "je ne supporte pas les documentaires sur les maladies/vaccins/pollutions graves/destruction de l'écosystème, je suis quelqu'un de trop sensible, cela me touche trop et après je ne dors pas bien, alors je ne les regarde pas, et arrêtez d'en parler s'il vous plait" (!!!??!!)
&
- "De toute façon c'est au niveau mondial maintenant alors tant que les dirigeants n'auront pas décidé de changer des choses ça ne bougera pas, ce n'est pas si moi je fais ci ou ça que ça aura un impact important. Maintenant je n'ai pas envie d'en parler, on a le droit de ne pas être d'accord avec vous non?" (!!!!!!!!!!!)

J'étais affligée. Je le suis toujours. Tu n'as pas fini de l'être. Mais les gouttes d'eau font les grandes rivières Tili.
Je suis bien triste pour l'enfant dont tu parles.
Et j'ai si peur pour les miens.

Moukmouk a dit…

Enfin un lien qui semble solide entre les pesticides et le cancer des enfants. Ça fait longtemps que je crie, mais on me traite de rétrograde qui refuse les avancées technologiques.

Il faudra pourtant se rendre compte que ce n,est pas possible de continuer comme ça !

louve a dit…

Oui, on a peur pour nos enfants, on essaie de les protéger au mieux : qualité de l'environnement, de leur alimentation, exposition au soleil, etc. Mais nous ne maîtrisons certes pas tout, et nos choix sont une partie congrue des choix faits à l'échelle nationale et mondiale.
Il y a quelques semaines, mes garçons ont regardé sur le net quelques courts documentaires sur l'élevage de poules en batterie, la qualité de leur viande, des oeufs etc. Ils étaient très conscients de l'impact que cela pouvait avoir 1) sur notre alimentation ; 2) sur la qualité de vie de la volaille... On en a beaucoup parlé, après. Ils étaient choqués, sans être "simplement" dégoûtés par les images. Un poil rassurés sur le fait qu'en Suisse, il n'y a pas d'élevage en batterie, c'est interdit. Cette semaines, ils ont passé 3 jours c/o l'une de mes tantes, en Valais, qui leur a servi du poulet rôti au dîner. La première question était : est-il bio :o) ?

Oui, les intérêts économiques ont souvent l'avantage sur tout... Les lobbies sont bien organisés, insérés à tous les échelons du pouvoir, puissants, friqués, persistants.

Je me sens impuissante à faire bouger les choses, même si je signe volontiers des pétitions et que je vote en mon âme et conscience. Mais la vie moderne laisse si peu de temps pour l'engagement citoyen. Le repli sur soi est monnaie courante. On essaie tous de "sauver sa peau", pour ceux qui sont conscients des dangers encourus.
Je me sens impuissante, hélas... même si je suis convaincue (et il ne s'agit pas là que d'un dédouanement de bonne conscience) qu'il y aura un retournement de situation, que les consciences se forment petit à petit et feront bouger les choses dans l'avenir.
Mais tu as raison de t'indigner, des situations sont affligeantes, écoeurantes !

Fauvette a dit…

Est-ce que tu crois qu'il y a plus d'enfants malades qu'avant ? Vraiment ?

Tili a dit…

Pas exactement, Fauvette, le profil des maladies a changé en fait, avant les enfants souffraient plus d'infections, de parasites etc.

Maintenant ce sont les maladies respiratoires (asthme), allergies, et cancers...

dieudeschats a dit…

Je suis assez d'accord avec Sartre quand il parle des élections etc. dans cet article :
http://archives.lesoir.be/les-entretiens-historiques-du-%AB-le-soir-%BB-3-5-_t-20090805-00PCFE.html?query=sartre&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&queryor=sartre&pos=0&all=998&nav=1