lundi, août 30, 2010

Coup de gueule ! PAS merci la sécu des libéraux...

Depuis l'ouverture de mon cabinet de Neuropsychologie en libéral, et donc mon changement de caisse de sécurité sociale, je n'avais pas encore eu de nouveau bilan de cancérologie.
Mais la semaine dernière, en me rendant à mon RDV à Curie j'ai découvert que ma nouvelle caisse de sécurité sociale n'a pas repris le 100 % dû aux suites du cancer, notamment la surveillance en cas de rechute...

J'ai téléphoné, assez fâchée il faut le dire, et réussit à obtenir la liste de leurs exigences pour me rendre mes droits... De la paperasse chiante et longue à faire...
Entre autre obtenir une attestation de mon ancienne caisse, c'est à dire le régime général de sécurité sociale. Je leur téléphone aussi et eux me disent que c'est de la mauvaise volonté de cette nouvelle caisse, qu'ils auraient dû demander le dossier médical et reprendre automatiquement le 100 % et que pour obtenir le papiers qu'ils m'exigent je dois faire une demande par écrit et attendre longtemps la réponse.

Donc j'ai une ordonnance pour une échographie de contrôle, celle qui doit s'assurer chaque année que je n'ai pas de métastase et je devrais attendre un nombre indéfini de semaines (de mois ?) que cette paperasse soit finie et que la caisse m'ait rendue mon 100% si je ne pouvais pas payer de ma poche l'imagerie (qui coute cher évidemment)....

Tout ça, donc, parce que j'ai l'impudence d'oser re-travailler après un cancer ?

Cherchez l'erreur...

PS. Oui je vais pouvoir avancer le cout de l'imagerie mais je pense à ceux qui ne pourraient pas et je trouve ça immonde.

4 commentaires:

Anne a dit…

Face aux méandres des "administrations" il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade!!! Et encore, toi tu as les ressources pour te défendre...

IsabelleDeLyon a dit…

L'année dernière alors que mon 100% court jusqu'en 2011, d'ailleurs va falloir le renouveler, ils m'ont coupé les droits comme ça, je sortais d'une écho cardiaque et plus de droits. Ils voulaient tout simplement mes trois derniers bulletins de salaire, ils n'auraient pas pu demander tout simplement?!!!
Heureusement, dans les centres qui gèrent le cancer, ils sont tellement habitués à ces coups de la sécu qu'ils ne te font pas payer mais mettent de côté en attendant que la sécu régularise...
Là je viens de recevoir deux ordonnances pour mes filles dont une avec radio du pied d'un montant de 170€ non remboursées, les deux seraient mal codifiées par des médecins différents, ça serait pas plutôt les petits jeunes qu'ils ont pris pendant les vacances qui ne comprennent rien, enfin je m'en vais courir derrière les médecins et la sécu pour essayer d'avoir mes 200€ de sorti...
Pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer...

plume a dit…

Bravo pour ton installation Tili.
Tu vas voir, les paperasseries du libéral, c'est pas toujours du gâteau.

En ce qui concerne j'avais ma sécu libérale mais question mutuelle j'étais restée sur celle de mon mari. Et bien la mutuelle exigeait que moi j'avance le tiers payant (et leur envoie la facture-preuve avant d'être remboursée, combien de fois ai-je oublié de le faire???) alors que tout les autres membres de la famille l'avait d'office.

Et maintenant que j'ai cessé mon activité, comme j'avais opté pour le prélèvement automatique, il continue à courrir jusqu'à ce que le dossier soit traité! Quand on connait la lenteur des sécu, ça promet de me revenir cher!!

Autre "détail", comme je faisais ma compta moi-même, j'ai un contrôle de l'Etat sur mes comptes par un organisme certifié, régulièrement... rdv très désagréable à appréhender. 3 fois déjà en 5 ans 1/2 d'activité, et je suis sûre de m'en taper un l'an prochain pour l'exercice comptable final!
Si tu peux, prends un comptable... :o(

Mais bravo, la neuropsycho a un sacré avenir, et les besoins ne manquent pas, fois de psychologue!

Anonyme a dit…

Aïe aïe aïe… Je suis fonctionnaire d’une de ces administrations si procédurières, et si vous saviez à quel point les fonctionnaires aussi arrivent à se perdre dans les méandres… à quel point eux aussi se heurtent aux tracas et aberrations du système. En ce moment j’ai en séjour sur une aire d’accueil une famille du voyage dont le père est hospitalisé suite à un AVC. Le corps médical pronostic une perte d’autonomie sévère et pense que le patient ne récupèrera pas ses transferts. Je ne suis pas médecin… mais j’ai vite compris que l’handicap serait très lourd. Une aire d’accueil n’est pas adaptée aux personnes handicapées, encore moins la vie en caravane… Et pourtant ce père de famille est encore jeune et en vie… il va bien falloir penser à la sortie d’hôpital. Alors on cherche un logement auprès d’un bailleur social. Un logement adapté au handicap… alors voilà des logements il y en a, mais pour y avoir droit il y a des tonnes de tracas. Nous avons fourni les pièces d’identité de chacun des membres de la famille (enfin copie des carnets de circulation puisque les gens du voyage n’ont pas de carte d’identité, mais c’est un autre débat)… Ils ont tous le même nom (pour une fois !). Mais non, la procédure veut que le dossier comprenne une copie du livret de famille… ils ont perdu ce livret de famille depuis bien longtemps. Et de toute façon le seul livret qui est vraiment important pour eux, c’est celui qui les autorise à circuler (toujours un autre débat). Le père est bénéficiaire du RSA, mais ils ont aussi perdu leur avis de non imposition (avec le numéro fiscal !) et sans numéro fiscal les impôts ne délivrent pas d’attestation de non imposition… Or pour accéder à un logement social, il faut pouvoir justifier de ses revenus par un avis d’imposition (ou de non imposition). Et bien sûr puisque la famille vit depuis toujours en caravane et qu’elle n’a jamais demandé de logement, on ne peut pas faire une demande prioritaire au titre de la loi DALO (droit au logement opposable), car la DALO c’est pour les mal-logés. Eux ils sont logés ou pas logés d’ailleurs, peu importe, ils ne sont pas dans le bon système c’est tout.

Et pourtant… on va y arriver, car il n’y a pas d’autres solutions, il faut y arriver… mais que d’énergie dépensée pour permettre à cette famille de continuer à vivre dignement !

Bon courage Tili… il y a forcément une solution ! Il y a toujours une solution !

Pour notre famille du voyage, le plus dur viendra après la solution logement… car il faudra qu’elle se fasse accepter de ses nouveaux voisins …

Bises et bonne rentrée à toute la famille.

Mélanie