lundi, octobre 17, 2011

Cancer : Le Marteau ou l'Enclume ?

C'est le mois d'Octobre Rose...
De blogs en blogs, de sites en sites, nous sommes un certain nombre à essayer de parler du Cancer.

J'en suis où moi ?
La semaine dernière c'était LA visite de contrôle. Une occasion de manger dans un petit restau sympa de Lyon avec Isabelle, Névro et ma Maman.
Moment très agréable.

Ah oui, je devais parler du Cancer...

Vous savez, après 4 ans... mon Dieu, ça fait déjà 4 ans... j'avais réussit à me bercer d'illusions.
Je ne regardais plus, sur les sites scientifiques, les derniers articles censés tester la molécule qui me sauverait peut être, j'imaginais, que dans un an on me dirait "mais vous êtes guérie ma bonne dame" et les petites fleurs tombant sur mon chemin avec les oiseaux qui gazouillent...

Mais le discours a été bien différent...

" Voilà, ça fait 3 ans que vous prenez du Tamoxifène, ce médicament, qui est celui qui vous sauve d'éventuelles métastases en les maintenant "endormies" est toxique pour l'Utérus et augmente la probabilité de cancer de l'Utérus"... Bon, tout ceci dit en très délayé et avec plein d'explications à chacunes de mes questions (ce médecin est vraiment très très bien).

J'ai bien compris, ce qui me "sauvera" c'est la ménopause... Avec un grand sourire convaincu... Mais j'en suis tout près de la ménopause !!!
...
Lourd soupir du médecin...
"Vous avez 41 ans, l'âge moyen de la ménopause dans votre famille c'est quoi ? 50-55 ans ?... Vous pouvez encore prendre le Tamoxifène pendant 2 ans, après les risques de cancer de l'utérus seront trop importants... Mais vous serez encore très très loin de la ménopause"...

J'ai du mal à écouter, ma curiosité est de plus en plus faible brusquement, j'aimerais éluder, je vais me renseigner sur internet, on verra plus tard... Mais il continue, il doit me le dire.

"Quand on arrêtera le Tamoxifène, on ne sais pas s'il reste des métastases qui ne sont qu'endormies, s'il en reste, où qu'elles soient, elles vont toutes se mettre à flamber...
Le cancer de l'Utérus, c'est souvent assez difficile à surveiller et fulgurant... "

Oui... ça je le sais, ma Tante est morte cette année, avant l'été, c'était repartit de l'Utérus, en quelques mois elle a eu des métastases aux poumons et à la colonne vertébrale, j'avais l'impression en suivant son agonie de regarder les détails de ma propre mort...

Je n'avais pas envie de comprendre tout ça. Il ne me reste que 2 ans à pouvoir prendre ce traitement sans trop de risques et après ?

Alors il avance son pion, je ne l'avait pas vu venir, je n'avais sans doutes jamais eu envie de le voir venir...

"Vous pourriez enlever l'Utérus..."

Il me laisse poser des questions là dessus. J'ai envie de dire que je demanderai juste aux autres femmes sur internet, ce que ça fait, mais il veut que je l'écoute, que j'entende, il sait que je doit faire un long chemin là dessus.

Je commence à encaisser.

Alors il ajoute aussi, tout doucement.
"Et on pourrait aussi se poser la question pour les Ovaires..."

Je sursaute, les Ovaires, non, je me vois, avec de l'Ostéoporose à 50 ans, plus de libido, les bouffées de chaleur, les crises de caractère, toute l'horreur de la ménopause brutale telle que je l'ai déjà vécue une fois, après la chimio...

Il voit que je suis loin, très loin de ce chemin là, alors il revient à l'essentiel, l'Utérus, pouvoir continuer le traitement... Il me dit que c'est une chance que j'ai déjà 3 enfants. Je comprends ce que ça veut dire, je serai stérile mais j'augmente leurs chances de grandir avec leur Maman...

Je promet une réponse pour le mois de Juin, j'ai le temps de penser, d'avaler.

Putain de maladie !

Alors que vous dire pour le mois du Cancer ?

J'en ai marre, j'en ai marre de cette maudite maladie, j'en ai marre que pour me sauver on doive me découper vivante, par petits bouts !
J'en ai marre de voir touts ces malades me sourire quand je suis à l'hôpital avec ce regard doux des gens "qui savent", des gens qui souffrent. Je sais aussi, je souffre aussi pour eux.
Et je n'en peux plus de savoir aussi, pour ces petits enfants chauves et pour leurs parents anéantis.

Je suis INDIGNEE du Cancer ! Et je voudrais qu'il y ait plus de recherche sur les causes.
Oui, bien sur, sur les soins aussi mais il y a moins de blocages avec la recherche sur les soins.

Par contre, pour qu'il y ait plus de recherche sur les causes il faudrait une vraie volontés des peuples. Il faudrait protéger les chercheurs on en est là, à devoir protéger les chercheurs, tellement il ne fait pas bon publier quelque chose sur la toxicité d'un produit commercial qui rapporte du fric.
Les chercheurs publient en leur nom. Ce sont des attaques de leur personne, de leur réputation, de leur situation qu'ils subissent ensuite. Pour ces chercheurs là il faudrait pouvoir leur permettre de faire des recherches et de publier anonymement, au nom de collectifs...

C'est ça, mon veux rose, "protéger les chercheurs qui travaillent sur les causes toxiques possible"...

Pour que, au moins les enfants, mes enfants, et les vôtres, et tous les autres, n'aient pas à vivre et mourir avec le Cancer. Parce que oui, avoir un cancer c'est dur, c'est angoissant mais imaginer que des enfants, que nos enfants puissent aussi en souffrir et en mourir, ça c'est totalement insupportable.

Et vous, les lecteurs, pensez à vous, faites vous dépister... Les filles, une petite mammo, c'est pas si terrible, les gars, si quelque chose ne va pas, le médecin, c'est pas un Ogre, faut y aller !

16 commentaires:

Mistinguette a dit…

Tili, je pense fort à toi. J'ai envie de te donner du courage, de la force, de l'espérance, de la paix, de la confiance... Mais voilà, ça n'est pas comme si je pouvais t'envoyer un Kilo de chocolat, et qu'ensuite, tout irait mieux...
:o/
Et tu as mille fois raison : vivement qu'on sorte de cette société mercantile qui ne voit que son profit sans comprendre le gouffre qu'elle ouvre sous ses pas !
Je pense à toi...

Nadu a dit…

Bonsoir,
je suis bien touchee par ton post, encore une amputation, comment recevoir pour toi untel choix, prendre une telle decision?
Pour ce qui est de la recherche sur les causes, des choses sortent tous les jours (Alzheimer, cancer,...), et j' ai l' impression que de plus en plus de gens, et pas que les bobos, se sentent concernes par ce qu' il mangent, comment ils consomment, quels produits chimiques dans leurs produits de soin, etc... petit a petit, les barrieres bougent et j'ai vraiment l'espoir que ces choses avancent finalement vraiment un jour, de notre vivant...
Bises a tous, courage a toi et essaie de rester optimiste...

Loulou a dit…

Comme je comprends ta révolte, Tili!
Je n'ai pas connu cette saleté de maladie dans mon corps, mais j'ai déjà vu tellement de proches en souffrir !
C'est effrayant, en Suisse, quatre personnes sur dix seront touchées par le cancer dans leur vie, ce sont les derniers chiffres entendus.
Ça paraît tellement évident qu'il faut s'attaquer aux causes. Et tellement insupportable que des enjeux économiques empêchent de s'y attaquer vraiment.
Je suis de tout cœur avec toi et ta famille.
Bisous !

Anne a dit…

Chercher les causes!!! Oui!!! Protéger ceux qui cherchent pour qu'ils trouvent et évite à d'autre ce que tu vis!!! Je suis de tout cœur avec toi...

Plume a dit…

moi aussi j'en ai marre que tu te fasses découper en rondelles!
Dans ma boîte au lettre cette semaine il y avait un appel au don pour la recherche médicale. Et je peux te dire que même fauchée ils auront un petit chèque de moi cette année.
Tiens bon! Tes combats aident à se réveiller.

Stef a dit…

Je suis sans voix. Merci de partager ses moments avec nous. Bisous.

Perline a dit…

Oui il est difficile de rajouter un commentaire suite à ce billet, ce sont tes decisions, tes combats, merci pour ce partage de tes doutes et de tes angoisses (et revoltes aussi), comme cela doit etre difficile et angoissant à vivre, mais je te sais forte, combattante, éclairée, brillante, nul doute que tu continueras ton chemin avec la meme ferveur en prenant soin de toi le mieux possible. Bises

Marianne a dit…

En plein dans cette pénible actualité aussi et depuis peu , j'ai eu du mal à lire le billet jusqu'au bout . Protéger les chercheurs mais aussi protéger l'assistance publique . L'Hopital va mal .
Tu es une scientifique .Après avoir pris plusieurs avis , je sais que tu prendras la bonne décision.Je ne sais que te dire sauf pour la ménopause que j'ai traitée avec une alimentation adaptée .

Louve a dit…

Oui, marre de cette épée de Damoclès, de ces échéances, contrôles, angoisses, éventualités...! J'espère de tout coeur qu'une réflexion mature (pas dans l'urgence) te permettra de choisir la moins pire option, pour toi. Je suis confiante, c'est facile à dire, je sais, mais..., c'est ce que tu insuffles. Bises

Moukmouk a dit…

Est-ce pour cela que la recherche sur les perturbateurs endocriniens est si peu financée ?

L'église voulait empêcher Galilée de parler, maintenant ce sont les grandes corporations. On voit où est le pouvoir.

je m'ennuie de vous...

Tili a dit…

Merci à tous de vos gentils petits mots :-)
Je ne vais pas mal, plutôt bien même, je suis plutôt dans une phase entre la colère et le "marchandage" sur ce que je dois subir ... Et comme je connais bien mes phases de deuil, ça veut dire que j'ai déjà fait la moitié du chemin...

Nadu, des choses sortent en recherche, oui, mais trop peu et avec un retard considérable ! Regardes par ex. depuis quand soupçonnons nous que les édulcorants posent des problèmes ?...

Je sais que tu es positive, que tu voudrais que je sois optimiste :-) mais hélas je n'y crois plus, je pense que même si les populations prennent conscience des choses petit à petit cela n'empêchera pas les recherches qui gênent d'être étranglées, étouffées dans l'œuf. Je pense qu'il faudrait vraiment, maintenant, élever la voix pour que ces chercheurs puissent obtenir des financements ET une protection contre les attaques personnelles, morales, financières et juridiques perpétrés par des groupes parfois plus puissants que des états...

Stella a dit…

Bonjour Tili,ça faisait un bail que je n'avais plus posté ici ;)
Pas facile comme choix en effet, je connais bien, je suis en plein dedans.
Par contre on ne m'a jamais proposé de retirer l'utérus, mais simplement les ovaires, le cas étant sûrement différent. J'ai accepté après 3 ans de réflexion, parce que je ne veux pas tourner au Décapeptyl et que j'en ai eu marre de pourrir mes rémissions à chaque fois que mes oestrogènes reprenaient de l'activité ... Finalement ça change pas grand chose, le corps a vite retrouvé un autre équilibre et je n'ai pas d'effets secondaires délirants grâce à une bonne hygiène de vie et des compléments en phyto. Voilà si ça peut t'aider d'une manière ou d'une autre j'en serai contente. A bientôt, ;)

Tili a dit…

Bonjour Stella, je suis très très contente de te lire :-)
Tu ne publie plus du tout ? Que deviens tu ? Tu pourrais m'envoyer un e-mail ?
Merci de me parler des effets de l'ablation des Ovaires, j'en ai besoin car c'est une chose qui me fait très peur depuis la brutale ménopause durant la Chimio (puis reprise Ovarienne un an après).
C'est de ça qu'il a parlé, de la fin de la rémission quand aura lieu la reprise ovarienne, tu peux m'en parler ?
Bises et franchement, vraiment très très contente de te lire :-D

Valérie de Haute Savoie a dit…

Tili, il y a des moyens pour calmer la ménopause, je suis devenue championne pour cela (je n'ai pas le droit de prendre des hormones) Mais je comprends l'angoisse que cela génère. Tu n'es de loin pas encore dans l'âge "légal" qui fait qu'un jour sans que l'on ne l'ait vraiment remarqué l'on était ménopausée et qui du coup passe presque comme une lettre à la poste. C'est un vrai deuil à faire et cela réveille tant de peurs que ton immense fatigue dont tu parles sur le billet suivant est sans doute aussi le résultat de ce choix si difficile. Je ne sais quoi te dire, je te lis souvent muette, mais je te comprends. Moi aussi lire Stella m'a fait grand plaisir, et ce n'est sans doute pas un hasard qu'elle soit là, aujourd'hui. Je t'embrasse fort.

Anonyme a dit…

Je suis menauposée. Passée les premiers désagréments, c'est plutôt bien. Pour la libido, il doit bien exister des tas de trucs pur ceux qui ont des problèmes.

Tili a dit…

Malheureusement il me sera difficile d'être rassurée par l'expérience des ménopauses naturelles, mais je vous remercie tout de même du fond du cœur de me dire gentiment vos expériences.
Il y a des différences entre la ménopause naturelle et la ménopause chirurgicale, d'une part la brutalité de l'arrêt, qui ne laisse pas au corps le temps de s'adapter en douceur, d'autre part les coques des ovaires qui continuent à fonctionner chez la femme ménopausée peuvent être aussi enlevées lors de la chirurgie... :-(
Comme dit mon Chum, on doit y penser encore...