mercredi, juin 17, 2015

Pourquoi ?


Tous les jours, on travaille, on s'occupe des enfants, il y a la cuisine, les courses le ménage, le jardin parfois, le chien qui attend son moment, lui aussi, les routines les exceptions les sorties, le film du vendredi soir, les vacances parfois et voilà la vie de privilégié de petit bourgeois du 21 ème siècle que nous sommes... Et après ?

Des fois, quand j'explique l'histoire à mes enfants, on parle de napoléon, la révolution, les famines, les rois, les guerres, les idées nouvelles et je ne peux pas m'empêcher de penser que cette révolution est venue des bourgeois. Voulaient t-ils simplement prendre la place des puissants ? Voulaient-ils partager le pouvoir ?. Avant tout, ils questionnaient, ils espéraient, mais quoi ?

Et nous, qu'espérons nous ?

Tous les jours je vois défiler mes petits patients, des familles touchées par les difficultés, le problème si angoissant d'un enfant qui n'arrive plus à apprendre, tous les jours je vis une vie étrange où tout est si banal et si absurde à la fois. Et je regarde ma propre obstination à suivre un mouvement toujours si incroyable, et je pense, je questionne en silence...

Tant de questions...

Pourquoi la télévisions qui prend la place du temps de famille ?
Pourquoi la famille si on fuit l'être ensemble ?
Pourquoi des enfants si on les envoie se faire éduquer par les autres ?
Pourquoi l'école s'appelle t-elle « éducation » et non « instruction »  ?
Pourquoi les colonies de vacances qui prolongent le temps loin des parents ?
Pourquoi le travail s'il détruit l'individu ?
Pourquoi assoir une organisation des idées politiques en « partis politiques » s'ils portent les germes d'un antagonisme à la démocratie ?
Pourquoi la France si nos lois sont Européennes ?
Pourquoi parler de démocratie si on prône la gouvernance ?
Pourquoi la démocratie si les peuples rêvent encore des rois ?
Pourquoi plus d'argent quand notre assiette est déjà pleine ?
Pourquoi acheter encore le bonheur vendu à la télé s'il était mensonger la fois d'avant ?
Pourquoi mettre des pesticides sur ce que l'on mange, si le « cide » veut dire tuer ?
Pourquoi rajouter de la chimie est moins cher que de ne rien mettre ?
Pourquoi continuer ainsi si nos enfants en sont malades ?
Pourquoi les vieux sont-ils parqués ensemble ?
Pourquoi est-il si difficile pour un groupe, une société, de changer autrement que par un choc, alors que chaque individu voudrait sûrement éviter le choc ?
Pourquoi ceux qui meurent de solitude devant des écrans ne rejoignent-ils pas ceux qui croulent sous les tâches les empêchant même d'avoir encore le temps de penser ?
Pourquoi mesurons nous l'intelligence animale sur ce qui est valorisé par les humains ?
Pourquoi nous pensons nous une espèce intelligente si on n'a jamais autant détruit ?
Pourquoi appelons nous certaines espèces nuisibles parce qu’elles nous dérangent et pas la notre nuisible de détruire toutes les autres ?
Pourquoi nous interrogeons nous plus sur comment nous pourrions communiquer avec des extra-terrestre alors que nous ne sommes pas capables de communiquer avec les autres animaux de la planète ?
Pourquoi craindre des planètes belliqueuses si nous ne craignons pas de haïr nous même le peuple voisin ?
Pourquoi basons nous l'enseignement à nos enfants sur un système de comparaison et de compétition entre eux alors que leur survie dépendra de leur capacité à coopérer et vivre ensemble ?
Pourquoi croire en une religion si on sait que celle à laquelle on croira ne dépendra que de notre siècle et du lieu de notre naissance ?
Pourquoi se sentir différent d'un autre humain sur un critère de teinte de la peau et pas sur la teinte de ses cheveux ou sur la forme de son oreille ?
Pourquoi pensons nous que notre paradigme de l'univers est intéressant alors que nous savons que nous n'en avons compris que 5 % ?
Pourquoi y a t-il 75 % de la matière que nous ne comprenons pas dans l'univers alors qu'on observe les effets gravitationnels de la matière noire ?
Pourquoi comprendre l'énergie noire n'est-elle pas la plus grande quête de l'humanité ?
Pourquoi quand on cherche à comprendre les troubles cognitifs d'un enfant, quand on prétend mesurer son attention on mesure sa vitesse ?
Pourquoi si les microtubules produisent des phénomènes quantiques, les phénomènes quantiques ne compteraient-ils pas dans la conscience ?
Pourquoi sépare t-on la psychologie des phénomènes biologiques liés à l'état du corps alors qu'elle ne flotte manifestement pas à côté du cerveau ?
Pourquoi ne s'affole t-on pas de la disparition des abeilles si elles nous fournissent l'indispensable pollinisation de ce que nous mangeons tous les jours ?
Pourquoi mangeons nous tant de viande si nous savons que cet excès nuit à notre corps et que cela nuira à nos enfants?
Pourquoi serait-il cruel de manger un chaton et délicieux de manger un agneau ?
Pourquoi écoutons-nous des médias achetés par des personnes qui ont des intérêts opposés aux nôtres puisque nous le savons?
Pourquoi les phénomènes de foule seraient-ils finalement moins que la somme de leurs parties ?
Pourquoi séparer le quantique du classique, si l'observable n'est que la moyenne du quantique ?
Pourquoi la différence est-elle toujours si inquiétante ?
Pourquoi tous ces pourquois qui m'étouffent ?

------------
Edit du matin sur l'atavisme...

Ce matin,le Chum est partit de bonne heure, les grandes sont en voyage scolaire, je suis donc seule avec le Titi.
Mon petit garçon débarque dans ma chambre et avant même le bonjour du matin, avant que mon pied ne se pose par terre, la première question de la journée fuse dans l''air, il s'était précipité pour me la poser au réveil, probablement qu'elle l'a tenue une bonne partie de la nuit...
- "Maman.... Est ce que les noyaux des fruits sont vivants ?"
- Je réponds en me levant sur la différence entre un "être" vivant et une "cellule" vivante... Avant de dire bonjour avec un grand sourire à mon petit soleil.
- Nous nous retrouvons au petit déjeuner et je le vois, bien pensif... Je sais que les questions suivantes vont tomber...
Et bien sûr...
- "Les requins, est ce qu'ils respirent dans l'air comme les dauphins ?"
- "L'orque, c'est un dauphin ou une baleine ?"
- " Le carbone, il peut s'attacher à combien d'autres "choses" ?"
- " Tu crois que la maîtresse elle va aimer mon cadeau ? (il a décidé de lui sculpter dans un bout de bois un cadeau de fin d'année, un porte clé, ça fait plusieurs soirs qu'il le lime après ses devoirs mais il sait que d'autres ont "acheté" un petit truc et il a peur de la comparaison).


10 commentaires:

Armand a dit…

Chère Tili,
Je vois que nous avons des points communs: la physique et autres sciences exactes!
Dans tes "bonnes" questions [hélas, souvent sans réponses, contrairement aux "vraies" questions, comme "que mange-t-on ce soir)...], tu parles de cosmologie (ou est-ce de cosmogonie) car un de mes compatriotes (je suis belge) a émis la fameuse hypothèse du "big bang".
Perso, la médecine n'est pas ma tasse de thé car mon métier (il y a bien longtemps) fut basé sur la transformée de Fourier, car je m'occupais d'optique diffractive...
Je me pose bien moins de questions que toi, surtout au sujet des religions! ;)
L'une d'elles (occultée car tu ne pouvais pas parler de tout sur ton carnet) a résolu un de mes questionnements (une question en remplace parfois une autre!): pourquoi vouloir de toute force communiquer avec des autres mondes, alors qu'il est probable que les habitants d' "ailleurs" ne s'intéressent pas à nous? (Est-il indispensable de forcer un être à vous "parler" s'il n'en éprouve pas le besoin?)
Amitiés
P.S. Certaines contradictions apparentes entre vitesse et position (ou l'"attention" dans ton cas n'en sont pas si on suit les élucubrations géniales de Heisenberg, mais ceci est une autre histoire...)

Tili a dit…

Bonjour Armand... Ahhhh oui, peu nombreux sont ceux qui acceptent de voir que le principe d'incertitude de Heisenberg s'applique bien probablement à tout.. donc y compris à la neurologie... sans baisser les bras et refermer l'analyse de la "boîte noire"... ;-)
Mais dans ma question il y avait une critique assez fondamentale d'un présupposé trop rarement posé que la vitesse (de réponse) est le reflet de l'attention... Ta question se réfère à la perturbation posée par la question sur le mode d'observation de la réponse, elle est légitime et on se la pose évidemment (pas assez c'est vrai). Je vais jusqu'à questionner le choix même de la réponse observable et son présupposé fonctionnel qui n'est pas clairement édicté ;-) Mais je risque d'être intarissable et de vous noyer tous dedans puisque c'est mon sujet d'étude! Le pire endroit de mes intarissables questions ! Alors bon, on va dire * ;-)

dieudeschats a dit…

Ah Tili, quel plaisir que de te lire à nouveau, et tes questions (que je partage) sont si fondamentales ! Ca fait du bien de savoir qu'on n'est pas seul à se les poser.

Jusqu'à présent j'avais tendance à penser qu'il fallait n'avoir plus rien à perdre pour bouger, mais si des révolutions bourgeoises ont existé cela me rend espoir ;)

Tili a dit…

Dieudeschats, il me semble, (ce serait intéressant d'avoir le regard d'historiens) que la révolution a été amenée, puis menée, essentiellement par les bourgeois, justement. Ce qui a fait le lit du bouleversement, c'est l'avènement des nouvelles idées, durant le siècle des lumières, et c'est bien des bourgeois qui les ont portés/

Voltaire, Rousseau, Diderot, Montesquieu, Beaumarchais... tous des bourgeois !

Mistinguette a dit…

Eh oui, des bourgeois qui avait la puissance financière et intellectuelle mais pas le pouvoir politique !
Cela dit, ils se sont appuyés sur une partie de la noblesse et sur le peuple : tout cela venait à point nommé, dans une société asphyxiée...
Heureuse de te lire de nouveau.
Merci pour tes questions que je partage pour une part (en tous cas celles que je comprends, hahaha !).
Kiss
M'

Mistinguette a dit…

Oups, je fatigue : des bourgeois qui [avaient] blablabla...

Tili a dit…

Bonjour Mistinguette, contente de te lire moi aussi :-)

stéphanie giraud a dit…

Aaaaaaaaaaaaaah, la Tili des grands jours est de retour ! J'aime toujours autant te lire ;-) Bisous

Daphnénuphar a dit…

Tout tes pourquoi, je me les pose ou me les suis posés. Et particulièrement ceux sur la matière, son fonctionnement. Et aussi sur pourquoi on passe notre temps à isoler les objets (au sens large, comprenant les êtres humains...) les uns des autres.

Tili, tu contribues à maintenir mes télomères en état de marche. Et ça fait du bien. La vie idiote qu'il me semble mener parfois me donne l'impression de les faire fondre.

ça serait bien si tu revenais plus souvent...

Tili a dit…

Stef, je t'ai envoyé un mail ;-)

Daph, avec des télomères aussi vaillants tu auras une belle longévité ! Pour être aussi en bonne forme intellectuelle avec ça, maintenant on va essayer de cultiver le rire ;-)

Bises